Le PDG de Google minimise les craintes sur l'avenir en Chine

(afp) - Le PDG de Google Eric Schmidt a minimisé jeudi les craintes concernant la position de son groupe en Chine, au lendemain de l'annonce par le géant de l'internet que son moteur de recherche y était "partiellement bloqué".

M. Schmidt, précisant qu'il n'avait pas eu de contact avec les responsables de son groupe jeudi, a déclaré lors d'une conférence consacrée à l'internet à Londres: "Je veux être clair. Le gouvernement chinois a le droit arbitraire de fermer Google... Pour l'instant, il ne l'a pas fait".

Le groupe a indiqué n'avoir toujours pas reçu de réponse du gouvernement chinois à sa demande de renouvellement de sa licence d'exploitation arrivée à expiration mercredi.

Un responsable chinois cité jeudi par l'agence officielle Chine nouvelle a affirmé qu'une réponse serait donnée "prochainement" à Google concernant sa licence d'exploitation en Chine, plus important marché pour internet au monde.

Un indicateur de la disponibilité des services de Google, mis en ligne mercredi, révélait une nouvelle restriction sur l'accès au moteur de recherche entre mardi et mercredi, mais plusieurs fonctions comme les messageries et les actualités étaient cependant accessibles.

Un porte-parole du groupe avait alors précisé que seules les recherches répondant à des "suggestions" de Google, donc partiellement complétées par le moteur de recherche lui-même, étaient bloquées. "Les recherches normales n'utilisant pas de suggestions de recherche ne semblent pas touchées", avait-il précisé.

En janvier, Google s'était déclaré excédé par des attaques informatiques visant son code source et la messagerie Gmail de militants chinois des droits de l'homme. Le groupe avait annoncé son intention de cesser de censurer les résultats de son moteur de recherche et prévenu que si les autorités chinoises s'y opposaient, il arrêterait ses opérations dans le pays.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés