Tensions au sein des chaînes Canal Z/KanaalZ

Manque de bureaux, d'ordinateurs, de caméras... la tension monte au sein des rédactions des deux chaînes de télévision économique Canal Z/Kanaal Z. Le CEO de Roularta parle, lui, d'"adaptations des méthodes de travail".

Il y a de la friction dans l’air chez Canal Z/Kanaal Z, les deux chaînes de télévision économique du groupe Roularta (actionnaire à 50% de Mediafin, éditeur de L’Echo). Dans un courrier adressé à la direction, le personnel fait état de ses doléances, évoquant une baisse de ses moyens et de problèmes techniques.

Il semble que la situation se soit aggravée depuis le récent regroupement des deux rédactions, dans les locaux de Videohouse à Vilvorde. Une situation qui est la conséquence de la revente au Persgroep des 50% que possédait Roularta dans Medialaan (VTM) dans les locaux duquel Kanaal Z était logée, Canal Z étant jusque-là hébergée chez Roularta à Evere. "Il manque de bureaux, d’ordinateurs et de caméras", regrette un membre du personnel.

Xavier Bouckaert, CEO de Roularta ©Debby Termonia

Xavier Bouckaert, CEO de Roularta, reconnaît que ce déménagement a pu engendrer des tensions mais il réfute toute idée d’économies. "L’offre éditoriale sera préservée, dit-il. Il y aura toujours autant de sujets au JT; le but est d’adapter nos méthodes de travail et de les moderniser en recourant davantage au vidéojournalisme comme cela se fait dans plein de rédactions."

Dorénavant, les journalistes devront donc filmer et monter leurs sujets eux-mêmes. Chez Kanaal Z/Canal Z, le nombre de cameramen a été pour l’instant réduit de 3 à 2. Idem pour les monteurs. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect