Walmart prêt à débourser 12 milliards pour se renforcer dans l'e-commerce

©REUTERS

Walmart se prépare à reprendre 51% d'un acteur indien de l'e-commerce, Flipkart. Amazon.com semble aussi sur les rangs.

Concurrencer les Amazon et autres champions du commerce en ligne est au top des priorités du groupe de distribution Walmart . L'Américain pourrait ainsi d'ici la fin du mois de juin prendre une participation majoritaire du capital de Flipkart. Il s'agit d'une société indienne de commerce électronique.

→ L'opération constituerait, pour le numéro un mondial de la distribution, la plus importante acquisition d'une entreprise de commerce en ligne, selon deux sources proches du dossier. 

Walmart semble déjà avoir eu l'occasion de consulter les comptes de Flipkart et aurait soumis une proposition d'achat de 51% du capital au moins pour 10 à 12 milliards de dollars (8,1 à 9,7 milliards d'euros).

Selon la presse indienne, Amazon.com serait aussi sur les rangs et étudierait une éventuelle contre-offre, de quoi ouvrir une bataille de titans pour s'octroyer une place sur un marché du commerce électronique indien. Encore peu développé, Morgan Stanley estime qu'il représentera quelque 200 milliards de dollars d'ici une dizaine d'années.

Walmart achèterait des actions existantes et nouvelles. Ces dernières valoriseraient Flipkart à 18 milliards de dollars (14,6 milliards d'euros) au moins. Les actions anciennes valoriseraient la société indienne à 12 milliards de dollars (9,7 milliards d'euros), ont expliqué les sources.

Il est peu probable que le japonais Softbank, qui détient le tiers environ de Flipkart par le biais de Vision Fund, présente ses actions à la vente. En cause, un prix jugé trop bas, explique-t-on. Selon Reuters, les investisseurs tels que Tiger Global, Accel et Naspers vendront, eux, sans doute la totalité de leurs titres Flipkart si un accord est effectivement passé avec Walmart.

Aucun accord n'est encore finalisé et les discussions se poursuivent entre Walmart, Flipkart et ses actionnaires, a précisé l'une des sources. Flipkart n'a pas répondu aux sollicitations de commentaires. Un représentant de Walmart en Inde s'est refusé à tout commentaire. Softbank a dit qu'il ne commentait pas les conjectures.

Walmart tente depuis des années de s'implanter en Inde mais une réglementation tatillonne l'oblige à se cantonner à du "cash-and-carry", un segment où il est représenté par 21 points de vente.

Flipkart contrôle, pour sa part, près de 40% de la distribution en ligne en Inde, selon une estimation du consultant Forrester. Les actionnaires de Flipkart redoutent qu'une transaction avec Amazon suscite des obstacles réglementaires, car l'entité issue de la fusion contrôlerait plus de 70% de la distribution en ligne en Inde, a observé l'une des sources.

Le géant américain du commerce en ligne s'est déjà lancé dans le commerce "en dur" en Inde, l'un de ses affiliés ayant pris une participation dans le distributeur Shopper's Stop .

Flipkart a été fondé en 2007 à Bangalore par Sachin Bansal et Binny Bansal, deux transfuges d'Amazon. Comme ce dernier, Flipkart a commencé par vendre des livres avant de se diversifier rapidement au point de concurrencer Amazon sur la quasi-totalité des produits proposés.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect