11.700 emplois vacants dans les TIC en Belgique

Selon Agoria, il manquerait 11.700 experts et spécialistes dans les technologies numériques en Belgique. Cette pénurie coûterait 1,3 millard d'euros.

Pas moins de 11.700 postes sont actuellement vacants dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). C’est ce qui ressort d’une étude annuelle du marché belge menée par Agoria, la fédération de l’industrie technologique.

Le secteur des TIC, qui compte 150.000 travailleurs, est en pleine croissance en Belgique. Le groupe bancaire Axa, par exemple, prévoit d’engager chaque année une centaine d’employés dans ces fonctions.  

Mais au fur et à mesure de cette croissance, beaucoup d’emplois restent inoccupés. La situation coûterait cher à l’économie du pays, affirme Agoria. Selon la fédération, si toutes les fonctions ouvertes étaient pourvues, la Belgique verrait son PIB augmenter de 1,3 milliard d’euros.

"La fonction TIC est une fonction critique, ce qui est dommageable pour notre économie", explique Bauduin Corlùy, directeur d’Agoria ICT. "Ces experts numériques sont en effet indispensables pour le bon fonctionnement de nos entreprises et administrations".

C’est en Flandre qu’on en trouve le plus grand nombre avec près de 8.000 fonctions TIC non satisfaites. En Région bruxelloise entre 2000 et 3000 fonctions sont ouvertes. En Région wallonne, entre 1000 à 1500 experts numériques sont recherchés.

Par fonction, le business-consultant arrive en haut de la liste, suivi des développeurs de solutions et d’applications (software et hardware) et des spécialistes des opérations et de maintenance.

Pour Agoria, il est possible de sortir de cette pénurie en utilisant les technologies numériques de manière plus judicieuse dans l'enseignement. "Trop peu d’enseignants sont des Digital Natives. Nous demandons qu’une attention particulière aux TIC soit portée lors de la formation des professeurs" précise-t-on chez Agoria.

La fédération insiste aussi sur la flexibilité et la formation continue pour les plus âgés. 

Faute de trouver des experts en Belgique, les entreprises se dirigent vers l'outsourcing, y compris à l'étranger, en Europe de l'Est et en Asie.  Agoria estime que cette pratique atteint 10 à 20% du nombre total des postes de ce secteur.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés