Publicité
analyse

280 caractères peuvent-ils vraiment booster Twitter?

©AFP

En reprenant les commandes de Twitter en juillet 2015, Jack Dorsey avait assuré qu’il n’écarterait aucune option pour redresser la barre. Promesse tenue: mardi 26 septembre, le réseau social a franchi une première étape vers la remise en cause de l’un de ses piliers historiques, la limite de 140 caractères par tweet.

Une phase de tests vient en effet d’être lancée pour permettre à un nombre limité d’utilisateurs de Twitter de poster des messages pouvant atteindre 280 caractères. "140 était un choix arbitraire basé sur la limite de 160 caractères des SMS", justifie Jack Dorsey, l’un des trois cofondateurs de la société américaine et auteur du tout premier tweet de l’histoire. Selon Twitter, cette contrainte représente une "importante cause de frustration" pour ses utilisateurs, les obligeant à trouver divers subterfuges (abréviations, tweets en plusieurs parties…) pour rester sous le nombre maximal de signes.

Inquiétudes des fidèles

L’an passé, la plateforme avait déjà assoupli ses règles en ne comptabilisant plus les noms d’utilisateurs ou les liens vers une photo.

Plus radical, le changement qui se profile suscite davantage d’inquiétudes de la part des adeptes les plus fidèles, qui n’ont pas manqué de les exprimer. "Nous nous attendions aux sarcasmes et aux critiques", admet Jack Dorsey, tout en demandant du temps pour prouver que cette modification sera bénéfique. Twitter assure que l’expérience utilisateur ne devrait pas radicalement changer, car seulement 9% des tweets atteignent la barre des 140 caractères.

"Quand les gens n’ont pas à faire tenir leurs pensées dans 140 caractères, ils tweetent davantage."
Aliza Rosen
Responsable produit chez Twitter

L’entreprise espère rendre son service plus accessible aux nouveaux utilisateurs, en limitant le nombre de fois où ils se rapprocheront de la longueur maximale. Elle s’appuie sur ses observations au Japon et en Corée, dont les langues composées d’idéogrammes nécessitent moins de caractères. "Quand les gens n’ont pas à faire tenir leurs pensées dans 140 caractères, ils tweetent davantage", assure Aliza Rosen, responsable produit chez Twitter.

Pour Jan Dawson, analyste chez Jackdaw Research, il s’agit cependant d’un "changement superficiel" aux effets incertains sur le nombre d’utilisateurs et le nombre de tweets.

Au-delà du nombre de caractères, Twitter pourrait revenir sur un autre principe de base: l’affichage des messages par ordre chronologique inversé. Depuis deux ans, la société a ajouté de nouvelles fonctionnalités: regroupement de tweets par sujet, mise en avant d’anciens tweets susceptibles d’intéresser les utilisateurs… Il pourrait aussi permettre de suivre des thématiques, au lieu d’autres utilisateurs. Objectif: réduire le nombre très élevé d’inscrits qui arrêtent d’être actifs au bout de quelques semaines.

Renouer avec la croissance

Les responsables de la société reconnaissent cependant que leur marge de manœuvre est étroite. Mais ils n’ont pas vraiment le choix pour renouer avec la croissance.

Au deuxième trimestre, le nombre d’utilisateurs a stagné, reculant même aux Etats-Unis, le marché qui rapporte le plus. Son chiffre d’affaires, basé sur la publicité, a reculé de 5% par rapport à l’année dernière. Et Twitter n’a toujours pas dégagé le moindre profit.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés