Facebook à l'écoute de vos pensées suicidaires

©Photo News

Après un test fructueux, le réseau social lance lance officiellement son outil de repérage de pensées suicidaires de la part des utilisateurs aux Etats-Unis. Un déploiement mondial est prévu à terme, mais pas pour l'Europe, question de "sensibilité".

Désormais, dès que des signes (écrits) prêteront à penser qu'un internaute passe par une phase sombre, l'intelligence artificielle développée par Facebook prendra les choses en main.

Un message sera adressé automatiquement à l'utilisateur concerné afin de lui proposer de l'aide et éviter ainsi un triste épisode.

Dans le cas où cela ne suffirait pas à désamorcer la situation et que la technologie du géant américain détecterait même un passage à l'acte imminent -- peu d'informations ont filtré quant au mode de fonctionnement de cette détection --, une notification serait alors adressée à une équipe d'employés spécialisés dans le traitement de ces signalements. S'ils ne parviennent pas à amener à la désescalade, ils pourraient aller jusqu'à appeler les autorités locales compétentes. Bref, la limite entre vie réelle et numérique s'estompe... pour la bonne cause.

Déploiement mondial en vue... sauf en Europe

Disponible dés aujourd'hui outre-Atlantique, un test aura d'abord été effectué pendant quelques mois avant que l'outil ne soit lancé officiellement

A quand un lancement global? Facebook évoque un déploiement à terme à l'échelle mondiale... ou presque. En effet, "notre outil de prévention finira par être disponible partout sauf dans l'UE", a annoncé Guy Rosen, directeur de la gestion produits chez Facebook.

Pourquoi une telle exception pour le Vieux Continent? Pour des questions de "sensibilité", semble-t-il, sans que l'homme n'ait apporté plus de précision.

"Notre outil de prévention finira par être disponible partout dans le monde, sauf dans l'UE"
Guy Rosen
Directeur de la gestion produits chez Facebook

En attendant plus de clarification, Facebook se défend sur la question en soulignant que la possibilité de rapporter manuellement tout comportement suspicieux d'un ami est, elle, disponible pour les européens. Et le restera.

Ce nouvel outil mis sur pied par Facebook entend reprérer les pensées suicidaires de ses utilisateurs.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content