Le Belge FrontBack, nouvel Instagram ?

L'entrepreneur belge Frederic Della Faille a refusé les avances de Twitter pour lever 3 millions de dollars auprès d'investisseurs californiens et new-yorkais.

D'après le blog spécialisé TechCrunch, Frédéric Della Faille, entrepreneur belge installé aux États-Unis, aurait été approché par la direction de Twitter qui envisageait un rachat de son application photo Frontback.

Un rachat que l'entrepreneur belge aurait écarté, privilégiant un second tour de financement de 3 millions de dollars auprès d'une série d'investisseurs, dont l'acteur/business angel Ashton Kutcher.
Pour rappel, Frédéric Della Faille et son co-fondateur Melvyn Hills avaient déjà levé près d'un million de dollars auprès d'investisseurs new-yorkais en juin 2012. Ils travaillaient alors sur leur premier projet, le réseau social CheckThis, qui existe toujours mais qui a moins fait parler de lui ces derniers mois.

D'où le développement de Frontback : désireux de réanimer sa plateforme et de présenter quelque chose aux investisseurs alors que le cash commençait à manquer, Frédéric Della Faille a l'idée de poster une double photo, prise par les deux appareils de son iPhone simultanément. La combinaison d'un selfie avec ce qu'observe l'auteur fonctionne et le cliché buzze très rapidement auprès de ses proches et de différents contacts.

Depuis, l'entrepreneur a développé, puis remodelé son application à plusieurs reprises, jusqu'à attirer l'attention de célébrités comme le co-fondateur de Twitter, Jack Dorsey, le directeur de Google Ventures, Kevin Rose ou encore... Élio Di Rupo. Tous ont publié leurs propres FrontBack et vanté les mérites de l'appli, contribuant au buzz qui permet à l'application d'atteindre en quelques semaines près de 300.000 téléchargements sans le moindre effort marketing.

=> Pour quelques exemples des créations réalisées avec Frontback, c'est ici.

Un succès rapide qui attire aussi l'attention des médias américains : Bloomberg ira jusqu'à titrer une interview de Frederic Della Faille avec "Is Frontback the new Instagram ?".

Un succès qui le pousse aussi à déménager : après avoir installé les bureaux de CheckThis à New York, près de ses investisseurs, l'entrepreneur a décidé récemment d'ouvrir un bureau dédié uniquement à FrontBack au coeur de la Silicon Valley. Un choix qu'il explique par le fait que toutes les applications et services de ce type sont originaires de cette région et que c'est là qu'il est le plus susceptible de trouver des investisseurs et ingénieurs qui comprennent son produit.

Pour revenir à la levée de fonds, l'entrepreneur n'a pas souhaité commenter le montant mais a confirmé l'opération.

Un deal qui aurait notamment été accéléré par la présentation que l'entrepreneur a faite lors de l'évènement Disrupt à San Francisco, le public et une série d'investisseurs présents ayant été particulièrement séduits par le pitch de Frederic Della Faille.

À l'image de Xavier Damman de Storify, Frederic Della Faille estime que le parcours que connaît Frontback pour le moment aurait été difficilement imaginable en Europe. "Les investisseurs européens n'ont pas toujours ce souci du détail, ils ne nous auraient sans doute pas laissé travailler pendant aussi longtemps sur l'appareil photo mais nous aurait demandé de lancer le service plus rapidement. On ne peut pas être trop ambitieux, non plus, sinon on est pas pris au sérieux", explique ainsi Frédéric Della Faille au blog TechCrunch.

Frédéric Della Faille raconte les débuts de Frontback

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content