Uber va acquérir son rival au Moyen-Orient Careem pour 3,1 milliards de dollars

©Bloomberg

Uber annonce qu'il achète Careem, son concurrent direct sur les marchés du Moyen-Orient, de l’Afrique du nord et de l’Asie du Sud, pour plus de trois milliards de dollars, à quelques mois d’une IPO très attendue.

Si jusqu’à présent, Uber s’était montré plutôt défensif face à la concurrence, en privilégiant les prises de participation pour assainir les rivalités et réduire les coûts à l’expansion, le groupe américain surprend quelque peu en affichant son intérêt pour un rachat. L’heureux élu? La plateforme de VTC (véhicule de transport avec chauffeur) et de livraison Careem, basée à Dubai et dont la valeur était jusqu’alors estimée à 2 milliards de dollars. Cette dernière opère dans 100 villes de 15 pays du Moyen-Orient et revendique un million de chauffeurs.

"Careem et Uber joignent leurs forces. Nous avons conclu un accord en vertu duquel Uber va acquérir Careem pour 3,1 milliards de dollars" (2,7 milliards d'euros), selon le communiqué.

Son CEO semblait pourtant exclure cette possibilité dans un entretien le mois dernier avec Business Insider. "Nous n’avons adressé qu’un à deux pourcents de notre marché potentiel", disait alors Mudassir Sheikha depuis Dubaï. "Nous continuons à lever de l’argent. Nous avons assez d’argent pour financer notre business plan mais notre ambition ne cesse de croître, de sorte que nous nous engageons dans plus de projets que prévu au départ". 

Les termes de l'accord:

  • Careem continuera à opérer de façon indépendante, en conservant sa marque, ses services et une application à part.
  • Uber fera l'acquisition de l'ensemble des services dont ceux de paiement et livraison à travers la région du Moyen-Orient, "du Maroc au Pakistan, avec des marchés majeurs comme l'Egypte, la Jordanie, le Pakistan, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis", selon le communiqué.
  • Ce rachat est prévu en liquide pour 1,4 milliard de dollars et, pour le reste, en titres qui seront convertibles en actions Uber.

Changement stratégique

 Parmi les actionnaires de Careem, on retrouve notamment la société d’investissement du prince saoudien Al-Walid ben Talal et le groupe japonais Rakuten.

Pour rappel, le groupe américain a perdu beaucoup d’argent l’année dernière – 865 millions de dollars de perte nette rien que sur les trois derniers mois de l’année – à cause de ses efforts de diversification. "Acquérir un rival serait stratégique pour Uber. La société a traditionnellement eu recours à de telles transactions pour se décharger de ses activités à l’étranger et prendre des parts dans des concurrents, comme en Chine, en Russie et en Asie du Sud-Est", rappelait Bloomberg avant l'annonce de l'opération.

Pour certains, Softbank, actionnaire à 15% d’Uber, pourrait être à la manœuvre de ce mouvement. La holding japonaise est en effet un acteur majeur de la consolidation du secteur des VTC en Asie.

IPO à venir

Devancé par Lyft la semaine passée, Uber devrait lancer son IPO en avril, et pourrait être valorisée à 120 milliards de dollars. Le prix d’introduction de son concurrent sera quant à lui connu le 28 mars. Lyft vise une fourchette de 62 à 68 dollars. Son IPO a été sursouscrite, ce qui lui permettrait d’atteindre, voire de dépasser, la valorisation de 23 milliards de dollars (20,28 milliards d’euros) qu’il vise.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect