Publicité
Publicité
epinglé

À qui appartiennent les émojis?

©REUTERS

De plus en plus d'entreprises revendiquent des droits de propriété intellectuelle sur les émojis. Et à ce jeu-là, les Allemands sont les plus forts.

Alors que deux des plus anciens émojis vont être vendus sous forme de NFT pour la première fois, ces icônes de la culture internet sont au cœur d’une bataille judiciaire de propriété intellectuelle. Une entreprise allemande, "Emoji Co. Gmbh", en allemand dans le texte, a déposé plusieurs marques aux États-Unis liées aux célébrissimes émojis que nous utilisons tous les jours. Cette entreprise a depuis le début de l’année lancé 52 actions judiciaires devant un tribunal fédéral américain réclamant la propriété intellectuelle de certains des émojis.

Pourtant, l’entreprise n’a aucun historique lié à la création de ces derniers, elle vend simplement des produits dérivés comme des t-shirts ou des sacs pour lesquels elle possède bien la propriété intellectuelle. Emoji Co affirme de son côté être "le principal possesseur de licence d’utilisation de la marque émoji en dehors de l’espace du clavier numérique".

Une stratégie bien rodée de l’entreprise allemande qui donne l’impression qu’elle possède les droits de propriété des émojis historiques. Alors que revendiquer les droits sur le mot émoji et ce qu’il représente revient au même qu’à revendiquer les droits sur le mot "licorne" pour l’avoir commercialisé sur deux t-shirts et trois mugs à café.

Le cas de cette société allemande peut prêter à sourire, mais ce type de procédure pourrait se multiplier, car les dépôts de marque liés aux émojis se multiplient, principalement aux États-Unis. Peut-être qu’un jour, il faudra verser des royalties à une société allemande pour avoir écrit un clin d’œil dans WhatsApp.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés