Bénéfice en chute libre et restructuration chez Lenovo

©REUTERS

Les temps sont durs pour le plus grand fabricant mondial de PC, le groupe chinois Lenovo. Son bénéfice trimestriel dégringole. Il supprime plus de 3.000 emplois.

Le groupe chinois Lenovo a annoncé jeudi la suppression de plus de 3.000 emplois et un bénéfice net en baisse de plus de 50% au premier trimestre, sous l'effet d'un déclin de la demande en ordinateurs personnels. Le PDG du plus grand fabricant mondial de PC a évoqué "un environnement économique parmi les plus difficiles des dernières années".

  • Pendant le premier trimestre de son exercice décalé (avril à juin), le bénéfice net a dégringolé de 51% à 105 millions de dollars (94 millions d'euros), contre 214 millions l'année précédente.
  • Le bénéfice avant impôt pendant la période sous revue a plongé de 80%.
  • Le chiffre d'affaires a augmenté de 3%, à 10,7 milliards de dollars, mais est inférieur aux prévisions des analystes interrogés par l'agence financière Bloomberg, qui tablaient sur 11,5 milliards de dollars.

Lenovo a annoncé dans un communiqué à la Bourse de Hong Kong qu'il chercherait à réduire ses coûts de 1,35 milliard de dollars par an et supprimerait 3.200 emplois non manufacturiers, soit environ 5% de ses effectifs mondiaux.

La division téléphonie mobile sera également restructurée, a dit Lenovo. "Face à des résultats financiers inférieurs aux attentes, Lenovo entreprend une politique décisive et à grande portée, y compris le réalignement de son activité et une réduction significative des coûts", selon un communiqué.

Le groupe subit la baisse de la demande mondiale en PC, qui représente environ un tiers de son chiffres d'affaires, malgré ses efforts pour diversifier son activité, en particulier dans le secteur des smartphones. Le chiffre d'affaires de l'activité PC était en baisse de 13% sur un an, tandis que celui de la division mobile (Lenovo et Motorola racheté en 2014) a grimpé de 33%.

"Dans le secteur des smartphones, notre stratégie visant à nous détourner du marché chinois au profit du reste du monde a portée ses fruits", a dit Yang.

Malgré ce résultat, tout n'est pas rose dans la téléphonie mobile.

La demande faiblit en Chine et Lenovo fait face à la concurrence de fabricants chinois à bas coûts.

La part de Lenovo dans le marché mondial du smartphone a glissé de 0,5% au premier trimestre, sous l'effet "d'un ralentissement de la demande et d'une concurrence accrue sur le marché chinois". Lenovo évoque aussi des difficultés sur les marchés latino-américain et brésilien pour les produits Motorola.

Dans le cadre de sa diversification, Lenovo a racheté Motorola Mobility à Google pour 2,9 milliards de dollars ainsi que les serveurs d'entrée de gamme du groupe américain IBM.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés