Dell: Icahn s'oppose au retrait de la cote

Carl Icahn (© Reuters) ©REUTERS

Carl Icahn dit avoir une participation importante dans Dell et ne veut pas que le groupe sorte de la Bourse.

L'investisseur activiste Carl Icahn, 76 ans, a une participation "importante" dans Dell et s'oppose au projet visant à retirer de la cote le groupe informatique américain, selon une lettre rendue publique par ce dernier jeudi.

"Plutôt que de s'engager dans l'opération de retrait de la Bourse, nous proposons que Dell annonce que si cette opération est rejetée par les actionnaires, Dell paiera immédiatement un dividende spécial de 9 dollars par action", a écrit Carl Icahn au conseil d'administration du groupe.

Icahn ne précise pas la hauteur de sa participation mais la chaîne de télévision CNBC affirmait mercredi, en citant des sources de marché, qu'elle avoisinait 6%.

Carl Icahn s'oppose donc au plan de retrait de la cote de Dell, annoncé début février et prévoyant le rachat du groupe par son PDG-fondateur Michael Dell et le fonds Silver Lake pour 13,65 dollars par action, soit une valorisation totale de 24,4 milliards. Ce rachat est censé permettre à Dell de s'adapter à la crise du marché des PC, dont il est le 3e fabricant mondial, à l'abri du regard des marchés.

Pour donner plus de poids à ses arguments, Carl Icahn se dit prêt à fournir si nécessaire 5,25 milliards de dollars de crédit-relais à Dell, 3,25 milliards à titre personnel et 2 milliards via sa société Icahn Enterprises. Et il laisse planer la menace "d'années de contentieux judiciaires" si le retrait de la cote se déroulait comme prévu.

Vers une offre relevée à 15 dollars?

L'opération doit être validée par une majorité des actionnaires autres que M. Dell, qui détient environ 14% du groupe. Or deux d'entre eux, les fonds Southeastern Asset Management (8,5%) et T. Rowe Price Associate (4,4%), ont déjà jugé l'offre de M. Dell insuffisante.

Dell a réaffirmé jeudi que son "objectif est d'assurer le meilleur résultat pour les actionnaires de Dell - que ce soit avec la transaction proposée ou avec une autre solution". Dans son communiqué, il invite "Carl Icahn et toutes les autres parties intéressées à participer à la procédure" courant jusqu'au 22 mars et visant à rechercher une offre meilleure que celle actuellement sur la table.

Selon les médias, plusieurs acteurs dont des rivaux de Dell auraient déjà "regardé" le dossier, mais rien de concret n'en est ressorti jusqu'ici. "Les concurrents et les investisseurs profitent de la recherche d'une meilleure offre pour regarder les comptes de Dell, mais il est peu probable qu'une offre concurrente émerge", estiment les analystes de la banque Jefferies dans une note où ils écartent plusieurs hypothèses avancées ces derniers jours.

"Au-delà des problèmes antitrust, nous pensons que l'américain HP aura du mal à faire une acquisition de cette taille, et que le chinois Lenovo est trop petit", tandis "qu'une contre-offre de Southeastern serait difficile sans le soutien de Michael Dell", écrivent-ils.

Quant à Carl Icahn, il "serait probablement satisfait d'une offre relevée à 15 dollars", ajoutent-ils. Plusieurs analystes jugent effectivement que la fronde des actionnaires vise surtout à faire pression sur Michael Dell pour qu'il augmente son offre. L'action Dell évolue d'ailleurs depuis quelques semaines à un prix supérieur: elle valait 14,31 dollars (-0,07%) jeudi peu après l'ouverture de la Bourse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés