Les 5 tendances tech de demain

Avec "CLOi SuitBot", son premier exosquelette présenté à l'IFA, la multinationale sud-coréenne LG permettra à son porteur d’être installé confortablement pour effectuer ses tâches, tout en soulageant ses articulations et les muscles de ses jambes. ©Doc

L’IFA, grand messe européenne de la high-tech, lève le voile sur les nouveaux produits des grands constructeurs de ce monde. De la cuisine au salon, le mot d’ordre est à l’innovation.

Frigo intelligent, exosquelette, télévision 8k… L’IFA est à l’Europe ce que le CES est aux Etats-Unis: un vaste showroom des dernières innovations amenées à atterrir dans le salon de tout un chacun.

Sur les stands de ce qui s’apparente à l’une des plus importantes foires de l’électronique et de l’électroménager au monde, qui se tient chaque année à Berlin, les innovations se bousculent, rythmées par le son des nombreux robots assistants qui s’activent joyeusement, préfigurant du changement technologique qui s’opère en coulisse.

Dans le cadre de cette édition, si les grandes avancées se sont faites discrètes, l’aboutissement des innovations qui alimentent les discussions depuis quelques années maintenant, lui, s’est bel et bien fait sentir chez les grands constructeurs tels que Samsung, LG, Sony, Philips, Panasonic, Toshiba…

Et pour cause. Il s’agit-là pour eux d’une nécessité face à un marché atone au niveau mondial. En 2018, s’il est attendu que les revenus globaux de l’électronique grand public dépassent les 854 milliards d’euros, ressort-il de chiffres évoqués par l’IFA, la croissance du marché est, elle, évaluée à à peu près un maigre pour-cent seulement par rapport à l’année précédente.

Une donne bien comprise côté business. Alors, chacun y va de son nouveau produit en vue de tirer son épingle du jeu dans un marché de renouvellement, principalement, mais aussi et surtout de surfer sur la prochaine vague qui, le secteur l’espère, redonnera des couleurs aux ventes de par le monde. Tour d’horizon des grandes tendances, de la cuisine au salon, en passant par l’homme augmenté. Si certaines sont de l’ordre du logique, d’autres questionnent.

1. Toujours plus grand

Écrans 8k dès octobre

Après ce que l’on peut désormais considérer comme le flop relatif des écrans incurvés et des télés 3D, les constructeurs partagent une nouvelle vision pour l’avenir du petit écran: toujours plus grand. Du moins, pour ce qui est de la résolution. Après la 4K, aussi qualifiée d’ultra-haute définition (UHD), présente dans 70% des téléviseurs vendus de par le monde, d’après Samsung, place à la 8K, sa grande soeur. Quatre fois plus détaillée, elle débarquera à partir d’octobre dans les magasins distribuant les produits du sud-coréen – dont le compatriote LG a lui aussi levé le voile sur un modèle similaire.

Bien, cela devrait faire baisser les prix des écrans issus des générations précédentes. Oui, sauf que le problème pour les intéressés, c'est qu'il n'existe aujourd'hui pas de contenu adapté à ce nouveau format ultra-détaillé. Le constructeur propose dès lors une solution logicielle dopée à l’intelligence artificielle en vue de "porter la qualité visuelle et sonore (d’un contenu quel qu’il soit, NDLR) à un niveau compatible".

Côté prix, il faudra débourser entre 5.000 et 15.000 euros, dans un premier temps, pour des écrans allant de 65 à 85 pouces de diagonale.

2. Humain augmenté

LG dévoile son exosquelette

La plus frappante des tendances, celle qui a attiré les regards et posé des questions, est venue de LG Electronics avec sa solution d’humain augmenté. Le constructeur sud-coréen a en effet dévoilé pour la première fois son "CLOi SuitBot" à l’occasion de l’IFA, un exosquelette robotisé conçu pour donner plus de force aux jambes de l’utilisateur qui le revêt. Installé confortablement pour effectuer ses tâches, l’opérateur voit ses articulations et les muscles de ses jambes soulagés lors du transport de charges particulièrement pesantes par exemple, de même que lui offre une mobilité accrue, grâce à une armature capable de se replier pour se muer en un fauteuil roulant motorisé.

"Ce produit est l’évidence de notre engagement entier à étendre notre portefeuille de services robotiques", s’est expliqué Song Dae-hyun, en charge de la division domotique du constructeur.

Et de fait, LG Electronics avait aligné les incarnations de cette ambition sur son stand. D’un robot nettoyeur, capable de remplacer votre femme/homme de ménage, à un robot porteur, solution pratique en cas de valise particulièrement lourde, les exemples étaient bien mis en évidence, pour le plaisir des visiteurs, visiblement impressionnés par cet engin qui a longtemps appartenu au registre de la science-fiction.

3. Ici la voix

Essor des assistants personnels

La bataille s'achève… et la guerre avec elle, si tant est que les forces en présence avaient de quoi rivaliser dès le départ. En effet, après bien des développements, les constructeurs embarquent désormais tous les solutions d'Amazon, Google et autres Microsoft en matière d'assistants personnels, ces programmes qui comprennent et répondent aux requêtes des utilisateurs. Pour ne prendre qu’Alexa, la mouture imaginée par la firme de Jeff Bezos, elle équipe plus de 20.000 références d’appareils différents, s’est félicité à l’IFA Daniel Rausch, vice-président de la division "smart home" chez Amazon.

Après trois ans, notre assistant personnel équipe désormais 20.000 références d’appareils différents.
Daniel Rausch
Vice-président «smart home» chez Amazon

Ce qui explique ce succès? L’ouverture de son kit de développement logiciel (SDK) à tout un chacun. Résultat, l’intelligence artificielle du géant de l’e-commerce dispose dès aujourd’hui d’un arsenal de quelque 50.000 aptitudes, allant du simple fait de passer un appel à celui de commander une pizza ou un Uber, en passant par la gestion des finances personnelles ou encore le contrôle d’une maison intelligente (soit équipée d’appareils connectés). Un développement éclair qui aura tout de même pris trois ans au total, a indiqué Daniel Rausch, après une introduction de la solution il y a quatre ans à peine. "C’est dur à croire quand on regarde en arrière".

4. Frigos intelligents

L’arrivée de la pub à la cuisine?

En arpentant les cuisines factices des grands constructeurs en présence, le changement le plus apparent est cet écran qui fait peu à peu irruption sur les portes des frigos. L’idée? De permettre de visualiser en temps réel ce que contient le frigidaire, nouveauté qui doit amener, en principe, à des ouvertures moins fréquentes, mais aussi débouche sur l’arrivée des médias dans un nombre plus importants de cuisines. Recettes, navigation internet, liaison directe avec le smartphone pour indiquer qu’il n’y a plus de lait par SMS,... les opportunités sont légion. Et intéressantes.

D’autant que, le frigo est un centre névralgique incontournable pour les marques. En moyenne, une famille de 4 personnes interagit avec l’appareil 42 fois par jour, selon Samsung. S’y placer, c’est donc se rendre indispensable. Et, aubaine non-négligeable, il ne faudrait pas oublier que qui dit écran  connecté... dit publicité. Potentiellement. Si aucune annonce n’a été fait en ce sens, la possibilité existe par ailleurs, avec l’hypothèse de même déboucher sur des business models nouveaux pour le créneau, comme la location contre publicité.

Côté petit électroménager, c’est l'aspirateur balai sans fil qui a le vent en poupe... et donc pulule chez les constructeurs. À lui seul, l’appareil ménager pèse 40% des ventes mondiales du segement, selon GFK.

5. Back to basics

L'analogique redevient trendy

Des Polaroid aux Nokia du début des GSM, l'heure est à un rétropédalage pour certains constructeurs. Ils ont bien compris que ce type de produit parle à une certaine niche de consommateurs nostalgiques. Et ce, sans réelle nécessité de consentir d’importants investissements en R&D, puisque les inventions existent déjà en interne. Il n’y a donc qu’à moderniser quelque peu, tout en suivant un fil rouge: moins de fonctions, plus de batterie, pour un retour aux sources. Et c’est gagné.

C’est ainsi que l’entreprise finlandaise HMD Global – gérant la division téléphonie mobile de Nokia depuis 2016, alors récupérée à Microsoft – est venue à Berlin forte du fidèle 3310 de la marque, qui a fait sa gloire à une époque (désormais révolue), en l’attente de l’annonce d’un nouveau smartphone haut de gamme.

De son côté, l’icône de la photo instantanée qu’est Polaroid a lui dévoilé un tout nouvel appareil argentique, semblable aux caméras qui ont là aussi fait sa gloire, à la différence près que l’itération actuelle embarque... une connexion Bluetooth. Celle-ci permet de relier l’appareil à une application sur smartphone afin de contrôler la bête de A à Z.

Enfin, à quelques pas à peine, Kodak a dévoilé pour sa part son nouveau joujou, le Printomatic, à l’occasion du salon. "Clic-clac, merci Kodak", se souviendront certains.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content