Monizze s'allie à Hexeko et ses chèques-sport digitalisés

Après un an de discussions, c’est fait. Hexeko va déployer sa technologie et sa plateforme pour les 30.000 clients de Monizze, le challenger du secteur des chèques en tout genre (repas, éco et cadeaux) dès le début de l’année 2020.

La plateforme d’Hexeko permet aux entreprises de proposer à leurs employés un avantage extralégal encore peut utilisé: les chèques-sport. Suite à un retard de digitalisation, ce segment n’était pas très populaire malgré une demande de plus en plus forte de la part des entreprises. "Le fait de digitaliser les chèques-sport et de proposer une plate-forme intuitive qui met en relation les employés avec plus de 5.000 activités dans 700 lieux ouvre la porte à un nouveau segment pour les avantages extralégaux", explique Rodolphe Lechat, CEO d’Hexeko.

"Nous avons choisi Monizze pour sa vision digitale et son ancrage européen."
Rodolphe Lechat
CEO de Hexeko

Le deal entre la start-up et Monizze est simple. Hexeko va déployer sa plate-forme chez Monizze grâce à une technologie "plug and play" qui permet de connecter l’ensemble du réseau de prestataires aux potentiels clients de Monizze. Pourtant avant de signer, tout n’était pas si simple. Des discussions avaient été entamées avec Edenred et la start-up a dû faire un choix cornélien entre deux offres, avant finalement d’opter pour Monizze. "Nous avons choisi Monizze pour sa vision digitale et son ancrage européen. Nous sommes super contents de cette collaboration qui était en discussion depuis un peu plus d’1 an." Monizze, qui représente 18% de parts de marché en Belgique, fait partie depuis 2015 du groupe français Up qui a plusieurs antennes en Europe. "L’intérêt des entreprises pour les solutions de bien-être connaît une nette augmentation et notre collaboration avec Hexeko nous permet de répondre à cette demande en offrant à nos clients des services à forte valeur ajoutée axés sur le bien-être", explique de son côté Jean-Louis Van Houwe, CEO de Monizze.

La croissance avant l’équilibre

Au-delà de ce contrat, la start-up créée en 2018 va continuer à monnayer ses services en direct. Sa plate-forme permet d’être implémentée par les entreprises en interne ce qui attire des grands noms qui sont en discussions actuellement avec Hexeko. Après s’être fondée sur fonds propre et avoir effectué une petite levée de fonds de 300.000 euros en septembre dernier avec Sambrinvest, la jeune pousse vise avant tout une croissance rapide. Elle comptera 10 employés dès janvier et devrait, selon ses projections, tripler son chiffre d’affaires en 2020. Le contrat avec Monizze devrait jouer le rôle de tremplin avec un modèle de revenus partagé sur les clients Monizze convertis et une intégration entièrement prise en charge par l’entreprise.

La start-up ne compte pas s’arrêter là. Dans le viseur: les chèques cultures et les stages pour enfants qui seront également accessibles depuis sa plateforme. Le but est de proposer "une plateforme digitale de sport, culture et bien-être ultra-simple d’utilisation, combinée à un avantage extralégal" explique Rodolphe Lechat.

Le CEO de la start-up brabançonne sait qu’il est à un tournant de la jeune histoire de son entreprise: "Nous allons entrer dans une nouvelle dimension avec cette alliance, c’est pour cela que c’est une décision que nous ne voulions pas prendre à la légère." La collaboration entre les deux entités est un exemple-type de ce que l’on appelle du corporate venturing. Une grande entreprise s’associe à une start-up pour bénéficier de sa technologie en échange de l’accès à ses clients. Ce deal donne à la start-up une longueur d’avance sur ses concurrents belges ou français qui se disputent le marché actuellement.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés