Nouveaux ennuis pour le BlackBerry dans le Golfe

Le régulateur des télécommunications saoudiennes a annoncé mardi qu'il avait ordonné une suspension des services de BlackBerry à partir de vendredi après que le fabricant RIM n'eut pas satisfait à ses exigences, selon un communiqué diffusé par l'agence officielle SPA.

"La manière dont les services de Blackberry sont fournis actuellement n'est pas conforme aux critères réglementaires de la commission et aux conditions de licence", déclare la Commission de la technologie des communications et de l'information (CITC) dans le communiqué. La Commission précise avoir demandé aux trois fournisseurs saoudiens de suspendre les services de Blackberry à partir de vendredi après leur avoir accordé un délai pour obtenir du fabricant du téléphone multimédia, le canadien Research in Motion (RIM), qu'il "se conforme aux exigences de la réglementation".

La décision saoudienne fait suite à une mesure semblable prise aux Emirats arabes unis, un centre d'affaires important dans le Golfe.

Research in Motion a pour sa part nié mardi avoir accordé de quelconques privilèges à certains pays, comme l'affirment des responsables émiratis, assurant que les données personnelles de ses clients sont protégées partout de la même manière.

Il n'y a "qu'un système Blackberry disponible dans le monde", affirme RIM dans un communiqué. "RIM coopère avec tous les gouvernement avec la même cohérence dans les normes (de sécurité, ndlr) et le même degré de respect". "Toute affirmation selon laquelle nous fournirions ou nous aurions déjà fourni quelque chose d'unique au gouvernement d'un pays particulier sans l'offrir à d'autres, est sans fondement", ajoute le communiqué.

Le fabricant canadien répondait notamment à l'ambassadeur émirati à Washington, Youssef al-Otaïba, qui a indiqué que son pays attendait de RIM le même respect du "cadre juridique et réglementaire que celui que le fabricant accorde au gouvernement américain et à d'autres gouvernements".
RIM avait indiqué lundi qu'il était en discussions avec certains pays et qu'il s'engageait à garantir des communications sécurisées, faisant allusion sans les citer à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis.

Les Emirats, centre d'affaires du Golfe, ont décidé dimanche de suspendre à partir du 11 octobre certains services du téléphone multifonctions BlackBerry non conformes aux législations en vigueur dans le pays et qui soulèveraient des problèmes de sécurité, selon les autorités.

Le BlackBerry serait utilisé par environ 500.000 personnes aux Emirats et 700.000 en Arabie saoudite, les deux pays représentant globalement environ 2,6% des utilisateurs du téléphone dans le monde.

BlackBerry Torch

Par ailleurs, RIM a présenté mardi à New York son dernier modèle, le BlackBerry Torch, un appareil à écran tactile et clavier coulissant. Le nouvel appareil doit sortir le 12 août aux Etats-Unis avec pour opérateur exclusif AT&T, qui le vendra au prix désormais habituel pour un "smartphone", soit 199 dollars avec un forfait de deux ans. Le Torch est aussi doté d'un nouveau système d'exploitation, BlackBerry 6, se voulant familier pour les habitués de la marque, intuitif pour les nouveaux utilisateurs, et également plus puissant. Principale innovation, la fonction "recherche universelle" (universal search), permettant de fouiller des mots dans toutes les applications de l'appareil, courriels, contacts, applications etc.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés