Une nouvelle puce pour Huawei et de nouvelles ambitions

©BLOOMBERG NEWS

Avec la sortie de sa nouvelle puce informatique dédiée aux serveurs, le groupe technologique chinois Huawei prouve qu'il est capable de rapidement se diversifier, tout en grignotant des parts sur un marché dominé par les Américains d'Intel.

Si Huawei a fait les gros titres ces derniers mois, c'est davantage pour évoquer ses problèmes avec Washington que pour parler innovation. Ce lundi, le spécialiste chinois des télécoms et des smartphones a dévoilé de nouveaux produits. Et surprise, il ne s'agit pas de téléphones. Une nouvelle puce et de nouveaux serveurs viennent compléter la panoplie Huawei.

900.000
.
Les livraisons de serveurs du groupe ont atteint 900.000 unités en 2018, contre 77.000 en 2012, moment où Huawei lançait ce type de produit.

Huawei fabrique déjà ses propres puces pour smartphones, baptisés Kirin et Ascend. Cette dernière, lancée en octobre, est consacrée à l'intelligence artificielle. La nouvelle puce présentée ce lundi, la puce Kunpeng 920, ne servira pas aux téléphones. Elle est vouée à équiper les serveurs informatiques. D'une taille de sept nanomètres, elle dispose de 64 coeurs CPU et à en croire le groupe technologique chinois, offre des performances bien supérieures tout en consommant en moins. 

L"entreprise chinoise a également dévoilé de nouveaux serveurs baptisés TaiShan et conçus pour le "big data" et le stockage. Et la demande en produit du genre ne manque pas. Selon Redfox Qiu, président du pôle activités informatiques intelligentes chez Huawei, les livraisons de serveurs du groupe ont atteint 900.000 unités l'an dernier, contre 77.000 en 2012, quand l'activité a été créée.

Réduire la dépendance vis-à-vis des Américains 

Le groupe, régulièrement accusé par l'administration Trump d'être lié au gouvernement chinois, ne cache plus son désir de diversification. Alors que son activité d'équipementier est surveillée avec une insistance grandissante en Occident, il cherche de plus en plus à développer ses activités dans le "cloud" et  dans les services aux entreprises. Huawei dit aussi vouloir se renforcer la conception de semi-conducteurs. Il n'est pour autant pas question de développer une activité propre de fondeur.

©REUTERS

Le groupe de Shenzhen tire toujours l'essentiel de son chiffre d'affaires de la vente d'équipements et de smartphones. Avec les développements présentés ce lundi, Huawei montre également qu'il reste sur la même longueur d'onde que Pékin. Les autorités chinoises s'emploient, elles aussi, à étendre leurs capacités dans les semi-conducteurs et à réduire la dépendance concernant les importations dans le secteur, notamment vis-à-vis des Etats-Unis. 

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content