Dominique Leroy, "Belgacom Queen"

©EPA

Dominique Leroy est le nouveau visage de Belgacom. Elle a obtenu un mandat de six ans. Sa première mission? Retrouver le chemin de la croissance.

C'est donc tout sourire que Jean-Pascal Labille a annoncé la nomination de Dominique Leroy, à la tête de Belgacom, au cours d'une conférence de presse, quelques heures après un mini-communiqué du gouvernement.

"Compétence", "expérience", "meilleur profil", "expertise", les qualificatifs élogieux n'ont cessé de pleuvoir pour définir la nouvelle dirigeante.  Stefaan De Clerck, président de l'opérateur qualifie même la nouvelle CEO de "Belgacom Queen".

De son côté, la principale intéressée s'est dite très heureuse et reconnaissante du travail rapide et professionnel du kern. "Belgacom est une belle entreprise avec des défis à relever. Il faudra rapidement se pencher sur le futur et trouver le chemin de la croissance". 

La dirigeante a une nouvelle fois souligné qu'il fallait renforcer l'image de la société. "Une société n'est rien sans ses clients", assène-t-elle encore.

Le style Leroy? Un mélange de transparence, de franchise et de style direct, selon elle. Ce à quoi Jean-Pascal Labille s'est empressé d'ajouter: énergie et enthousiasme.

Si de nombreuses personnes ont tenu à pointer que, pour la première fois, une femme serait aux commandes de l'opérateur, Dominique Leroy estime quant à elle que ce critère n'est pas important. Jean-Pascal Labille de rebondir : "c'est sympa de nommer une femme, mais réducteur. Ce qui compte, ce sont les compétences."

"C'est sympa de nommer une femme, mais réducteur. Ce qui compte, ce sont les compétences."

 

D'après un communiqué du ministre des Entreprises publiques, la rémunération de Dominique Leroy s'élèvera à un montant fixe de 500.000 euros assorti d'une rémunération variable
de maximum 30% de la rémunération fixe. Les indemnités de départ seront limitées à 12 mois de rémunération fixe. Par ailleurs, cette rémunération n'inclura pas de stock-options. La durée du mandat de Dominique Leroy sera de six ans.

 

Rappel des faits

Le conseil d’administration de l’opérateur semi-public s'est réuni  jeudi sur le coup de 12h30 pour valider un choix entériné, hier matin, en conseil des ministres restreint. 

Dominique Leroy, c’est le choix de la rupture pour Belgacom. L’ex- directrice du business résidentiel a été élevée aux lois du marketing chez Unilever. Son parcours s’oppose au profil plus financier de Didier Bellens. À charge pour la nouvelle CEO, issue de l’interne, de fédérer les troupes et de redresser l’image d’une entreprise qui, pour les experts et le monde politique, a trop souffert des "affaires".

Sa nomination, rapidement menée, est une dernière victoire pour Elio Di Rupo (Premier ministre) et Jean-Pascal Labille (Entreprises publiques), avant la campagne électorale qui se profile.

Reste pour le gouvernement à liquider le dossier de la succession de Johnny Thijs chez bpost… où la candidature de Sophie Dutordoir (ex-Electrabel et étiquetée CD&V) pourrait souffrir de la désignation de Dominique Leroy chez Belgacom. Johan Vande Lanotte (sp.a) aurait ici obtenu la main.

 

Les 4 arguments qui ont joué en faveur de Dominique Leroy

Dominique Leroy lors de l'événement stratégique annuel de Belgacom (2013)


 

1. Son bilan. Directrice des activités résidentielles depuis le printemps 2012, trilingue, Dominique Leroy connaît bien l’ex-RTT. Elle y est décrite comme ambitieuse. "Un vrai bulldozer", dit-on. Mais le bilan est là. Commercialement parlant, "la marque Belgacom a retrouvé, avec elle, un positionnement et une image."

2. Sa disponibilité.  Autre argument en sa faveur, c’est qu’elle était directement opérationnelle.


3. Ses soutiens. Femme de poigne encore "apolitique" il y a peu, Dominique Leroy accumule les soutiens. "La placer au top de Belgacom, ce serait fantastique pour l’image", entendait-on dans les rangs de la majorité.


4. Son salaire. Nommer Dominique Leroy a permis d'éviter l’épineuse question du salaire.

 

CV express

Dominique Leroy est née en 1964, elle est mariée et mère de 2 enfants de 17 et 15 ans. Elle a décroché son diplôme à la Solvay Business School en 1987. Elle a commencé sa carrière chez Unilever. Arrivée chez Belgacom en octobre 2011 au département des ventes, elle est entrée au comité de direction en juin 2012, en même temps qu'elle devenait vice-présidente du département Business résidentiel.
A noter qu'elle siège aussi dans différents conseils d'administration (Lotus Bakeries, Scarlet, Tango). Elle est membre de plusieurs associations telles que Women on Board, Young Professional Organisation, UBA, Guberna...
Côté loisirs, elle se dit passionnée de musique, de voyages, d'art moderne et de sport (course à pied, vélo, ski et alpinisme).

CV express

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content