Pourquoi Apple ralentit les anciens iPhone

©Bloomberg

L'obsolescence programmée pousse Apple à brider les performances des iPhone 6, 6S et 7 qui ont été mis à jour. La marque veut-elle pousser ses utilisateurs à craquer pour une nouvelle version de son smartphone?

La théorie est populaire chez les propriétaires d’iPhone: à chaque fois qu’un nouveau modèle est lancé, les anciennes versions se mettent subitement à moins bien fonctionner. Une obsolescence programmée pour convaincre les consommateurs de repasser à la caisse. Apple vient, en partie, de confirmer cette théorie. Pour la première fois, le groupe à la pomme a admis qu’il avait volontairement bridé les performances de certains iPhone lors des dernières mises à jour de son système d’exploitation iOS. Mais l’objectif, assure-t-il, n’est pas de pousser à l’achat.

Apple explique vouloir limiter les pics de consommation électrique "uniquement quand c’est nécessaire afin d’empêcher le smartphone de s’éteindre inopinément". La société cite plusieurs cas de figure: "Lorsqu’il fait froid, lorsque la batterie est peu chargée ou lorsque la batterie vieillit." Autrement dit: cela permet "d’offrir la meilleure expérience pour nos consommateurs".

"Le préjudice sur l’image de marque d’Apple va perdurer pendant une décennie."

Pour autant, l’entreprise s’était jusqu’à présent bien gardée de communiquer sur cette fonctionnalité. Elle ne l’a fait que pour répondre à la polémique suscitée par une étude du cabinet Geekbench. Celle-ci avait mis en avant des ralentissements conséquents sur les iPhone 6 et 6S, respectivement sortis en 2014 et 2015. Mais aussi pour l’iPhone 7, commercialisé depuis un an seulement. Selon plusieurs internautes, remplacer la batterie d’un ancien modèle permet de retrouver le niveau optimal de performance.

En ne communiquant pas sur le problème, Apple a ainsi laissé ses utilisateurs penser qu’il était temps d’acheter un nouveau smartphone alors qu’ils auraient pu simplement acheter une nouvelle batterie. "Le préjudice sur l’image de marque pour avoir ralenti secrètement les iPhone, quelle que soit la raison, va perdurer pendant une décennie", prédit ainsi Marco Arment, un développeur réputé d’applications mobiles.

Le sujet est d’autant plus délicat pour Apple que le Parlement européen a demandé cet été à la Commission de légiférer. Il reproche aux fabricants électroniques de volontairement commercialiser des appareils à faible durée de vie car difficilement réparables et dotés d’une batterie non amovible — alors même que leurs performances diminuent rapidement. Avec comme volonté d’accélérer l’achat de nouveaux produits. Apple, comme ses rivaux, a toujours nié poursuivre un tel objectif. L’an passé, les ventes de l’iPhone ont reculé pour la première fois depuis son lancement en 2007.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content