Alcatel-Lucent: douche froide à Namur

280 emplois seront supprimés. Le site d'Anvers sera le plus impacté mais pour les travailleurs de Namur, c'est la "douche froide" car les licenciements concernent plus de la moitié du personnel.

Au moins soixante-cinq emplois, soit plus de la moitié des emplois d'Alcatel-Lucent à Namur seront perdus, ont annoncé lundi les syndicats. L'entreprise a annoncé plus tôt dans la journée, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, le licenciement de 280 personnes en Belgique. C'est le site d'Anvers qui sera le plus impacté mais pour les travailleurs de Namur, c'est la "douche froide" puisque ces licenciements concernent plus de la moitié du personnel.


Le syndicat CNE indique qu'environ soixante-cinq emplois seront supprimés. Du côté du SETCa, on évoque entre septante et septante-cinq emplois. Plus de la moitié des 122 personnes qui travaillent sur le site namurois seront donc touchées et plus de 200 personnes sur 1.555 le seront sur l'autre site, situé à Anvers.


 Pour les syndicats, cela signifie la fermeture pure et simple du site de Namur. "C'est sa mort annoncée car cela concerne plus de la moitié du personnel et c'est tout un service qui disparait", a commenté Alain Antoine, permanent CNE. "Même si les travailleurs s'attendaient à des pertes d'emploi, ils ne s'attendaient pas à être impactés de la sorte. C'est la douche froide", a-t-il ajouté. "On ne voit pas comment on pourrait garder le bâtiment de Namur avec seulement une quarantaine de travailleurs", a de son côté indiqué Stéphane Baudart, permanent SETCa.

Mardi, une distribution de tracts est organisée auprès des travailleurs des sites de Namur et d'Anvers. Une rencontre en front commun syndical aura lieu jeudi et un conseil d'entreprise extraordinaire se déroulera le 7 décembre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés