Apple s'attaque aux cookies

Craig Federighi: "Nous pensons que vos données privées doivent rester privées". ©AFP

Apple tacle Facebook en se présentant comme le champion des données personnelles, alors que le réseau social est touché par une nouvelle affaire de partage de données.

"Nous pensons que vos données privées doivent rester privées", a déclaré Craig Federighi, l'un des dirigeants d'Apple, lors de la conférence annuelle des développeurs à San José, dans la Silicon Valley. "Nous pensons que vous devez contrôler qui les voit." Et tac! C'est Facebook qui a dû se sentir touché en premier lui qui est maintenant soupçonné, après le scandale Cambridge Analytica, d'une nouvelle affaire de partage de données d'utilisateurs, cette fois avec des fabricants de smartphones. 

Qu'est-ce qui change chez Apple?  "Les cookies liés au bouton J'aime ou aux espaces de commentaires" ou encore la fonction "Partager", situés sur différents sites internet, "peuvent être utilisés pour vous pister. Donc cette année, nous mettons fin à cela", a détaillé Federighi.

  • Les "cookies" sont des informations échangées entre l'appareil et l'application ou le site. Ils permettent de suivre les utilisateurs de page web en page web et de leur envoyer des publicités ciblées par exemple. Ces boutons sont typiques de Facebook, mais d'autres entreprises, comme Google ou Twitter, en proposent aussi pour partager des contenus situés sur d'autres sites.

"Apple vient tout simplement de faire de Safari le navigateur anti-Facebook" (selon le magazine spécialisé Wired)

Donc, bientôt, si une application tente d'accéder aux données via ce genre de cookie, le système en avertira l'usager, qui pourra refuser, a assuré Apple, qui va aussi empêcher les sites d'accéder en détails aux infos relatives à leur smartphone, autre moyen de pister un internaute. De plus, le système Apple bloquera l'accès aux données personnelles par les applications.
♦ C'est précisément via une application téléchargée par les usagers de Facebook que Cambridge Analytica a mis la main sur les informations de dizaines de millions d'utilisateurs du réseau social.

Apple contrôle entièrement son écosystème

Apple vend à la fois les appareils (ordinateurs, iPhone, iPad...) et les systèmes d'exploitation. A la différence de Google ou Facebook, son modèle économique ne repose pas sur les données personnelles, qui servent à vendre des espaces publicitaires ciblés. Ce qui n'empêche pas, et de loin, Apple de collecter des données. Mais il n'a pas le besoin vital de les partager avec des entreprises tierces.

 

→ Apple a aussi dévoilé lundi l'iOS12 pour redonner une jeunesse à ses iPhone. Les détails ici.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content