Belgacom ferme plus de 10% de ses téléboutiques

©REUTERS

Belgacom a décidé de fermer 10 téléboutiques sur un total de 91 dès le 1er octobre. Les "shops" condamnés le sont à la suite d’une étude de rentabilité qui a conclu qu’ils étaient situés dans un environnement commercial non attractif.

Réorganisation en profondeur chez Belgacom. Selon nos informations, l’opérateur télécom historique a récemment présenté aux organisations syndicales un plan de réorganisation de ses téléboutiques (Belgacom centers). Au final, il a été décidé d’en fermer dix d’entre elles dont cinq en Flandre, quatre en Wallonie et une à Bruxelles (Evere).

La fermeture des boutiques Belgacom est la conséquence d’une étude qui a conclu que des "shops" qui ne bénéficient pas d’un environnement commercial (Auvelais, Braine-le-Comte, Evere, Westmalle, etc.) peuvent passer à la trappe. C’est le cas aussi pour celles qui, en raison de l’évolution de la conjoncture, se retrouvent dans un environnement qui n’est plus attractif (Saint-Ghislain, Menin, Visé).

Quant au réaménagement, il vise à répondre aux besoins de la clientèle et à séduire plus de clients et d’attirer plus de monde dans les "Belgacom centers" et, de facto, vendre davantage de produits. "Nous avons décidé de redonner plus d’envergure à nos magasins afin de permettre à nos clients de pouvoir toucher les produits et d’avoir plus d’expérience. La réorganisation n’aura pas d’impact négatif pour la clientèle, au contraire", nous a expliqué Haroun Fenaux, porte-parole de Belgacom. D’ailleurs, le leitmotiv de la réorganisation est "éducation et expérience".


Afficher Fermetures sur une carte plus grande

(Bleu: fermetures - Jaune: réaménagements)

 

Fermeture au 1er octobre

La fermeture des dix "Belgacom centers" condamnés interviendra dès le 1er octobre sur un total de 91 téléboutiques en propre. Donc, il en restera encore 81, auxquelles il faut ajouter 30 "Belgacom Centers" gérés par Phone House et 10 par des partenaires. L’objectif de Belgacom est de proposer à la clientèle des "boutiques du futur".

Pour ce faire, elles sont classées en trois catégories: "corner", "city" et "world". Les nouvelles boutiques "world" sont celles qui proposeront davantage d’offre avec des produits divers et variés, des endroits où le client peut prendre du café, des espaces réservés aux entreprises et des services de réparation d’appareils. Le remodelage des téléboutiques concerne, pour l’instant, au total, 17 magasins. Il est d’ailleurs lancé avec notamment le magasin d’Anderlecht. Belgacom précise que le test s’avère concluant, car la fréquentation a doublé. L’entreprise se refuse à communiquer sur le montant de l’investissement mais précise toutefois qu’il s’agit d’un montant conséquent.

Création d’emplois

Les organisations syndicales se demandent maintenant si la fermeture des téléboutiques n’aura pas un impact négatif sur l’emploi. Elles redoutent que les travailleurs engagés dans le cadre d’un contrat à durée déterminée (CDD) ne soient pas prolongés. "La réorganisation n’aura pas d’impact sur l’emploi, car des opportunités de reconversion seront proposées aux travailleurs dont les téléboutiques seront fermées, soit dans un autre shop, soit à l’intérieur de l’entreprise. Nous avons beaucoup investi dans la formation de notre personnel et nous n’avons pas envie qu’il parte ailleurs", précise Haroun Fenaux.

Il précise que Belgacom a engagé 115 travailleurs en 2012 et que l’objectif est d’en recruter une centaine cette année. L’entreprise garantit la stabilité de la nouvelle structure pendant deux ans mais les syndicats ont demandé une évaluation endéans les 6 mois pour en mesurer l’efficacité.

Des étudiants le samedi

Il faut dire que la réorganisation des "shops" passe également par la création de nouvelles fonctions: il s’agit de 35 fonctions administratives en équivalent temps plein (ETP) et de deux coordinateurs.

Par ailleurs, Belgacom aurait également revu les prestations du week-end de son personnel. Ses dirigeants auraient décidé d’engager davantage d’étudiants pour venir à leur rescousse dans les téléboutiques où le besoin fait sentir. Une liste de 29 shops aurait d’ailleurs été dressée pour l’affectation des étudiants le samedi (Ath, Anderlecht, Courtrai, Liège Belle-Ile, Liège centre, Mons Grand Pré, Rocourt, Uccle, Waremme, Namur centre, Hasselt, Genk, Leuven, Anvers Central, etc.).

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés