Deutsche Telekom confirme ses objectifs 2011

L'opérateur allemand Deutsche Telekom a annoncé jeudi pour le deuxième trimestre un bénéfice net de 348 millions d'euros, en baisse de 26,7% sur un an. Le groupe, qui souffre en particulier des difficultés de sa filiale grecque OTE, a toutefois confirmé ses objectifs annuels.

L'opérateur allemand Deutsche Telekom a annoncé jeudi pour le deuxième trimestre un bénéfice net de 348 millions d'euros, en baisse de 26,7% sur un an à cause de coûts de restructuration, pour un chiffre d'affaires en recul de 3,3% à 10,97 milliards d'euros.

Le bénéfice net a en particulier été entamé par des dépenses liées à un programme de départs en retraite anticipés, qui a coûté 500 millions d'euros avant impôts.

Le groupe, qui souffre en particulier des difficultés de sa filiale grecque OTE, a toutefois confirmé ses objectifs annuels: un excédent brut d'exploitation hors exceptionnels de 14,9 milliards d'euros et un flux de trésorerie disponible de 6,5 milliards d'euros.

"Ces chiffres ne donnent aucune raison de pavoiser, mais nous laissent toutefois espérer d'atteindre nos objectifs", a commenté le patron du groupe René Obermann, cité dans un communiqué, en assurant "voir la lumière au bout du tunnel même en Europe du Sud."

Deutsche Telekom fait ainsi valoir que son chiffre d'affaires en Europe, hors Allemagne, a reculé de 5,5% sur un an au deuxième trimestre, quand au premier trimestre la baisse atteignait encore 8%.
L'opérateur de télécommunications et internet a toutefois reconnu que "la situation restait difficile en Roumanie et en Grèce", où il détient 40% du groupe OTE.

Sur son marché allemand, Deutsche Telekom a indiqué avoir souffert de la division par deux des tarifs de terminaisons d'appel, c'est-à-dire le droit de péage entre deux réseaux, imposé à l'automne dernier par l'autorité de régulation.

Il a par ailleurs relevé que pour la première fois de son histoire en Allemagne, le nombre de lignes à haut débit au deuxième trimestre avait dépassé celui des lignes téléphoniques traditionnelles.
Deutsche Telekom a par ailleurs publié à part les résultats de sa filiale de téléphonie mobile aux Etats-Unis, T-Mobile USA, vendue à l'américain AT&T. Cette cession attend toutefois toujours le verdict des autorités de la concurrence.

Au deuxième trimestre T-Mobile USA, qui n'a jamais vraiment réussi à s'imposer sur un marché américain très disputé, a continué à perdre des clients, 50.000 par rapport à la même période de 2010. Au premier trimestre la baisse atteignait encore 99.000, a toutefois souligné Deutsche Telekom.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés