Internet bientôt plus rapide pour 23.000 foyers belges

©Bloomberg

Le ministre des télécoms, Philippe De Backer entend rendre plus attrayant le déploiement de connexions aériennes (et non physiques) entre différents points du réseau de Proximus.

Nouveau développement en vue pour réduire la fracture numérique dans le pays. Philippe De Backer (Open Vld), ministre fédéral des télécoms du gouvernement en affaires courantes, devrait déposer ce vendredi matin un projet d’arrêté royal en ce sens sur la table du conseil des ministres. Au programme? Des "liaisons hertziennes moins chères en zones blanches".

"Je veux supprimer les derniers angles morts."
Philippe De Backer
Ministre des télécoms


Concrètement, le ministre entend permettre une réduction (de 80% pendant 10 ans) des droits payés par Proximus lorsque l’opérateur utilise du spectre pour établir des connexions aériennes (au lieu de câbles physiques en fibre optique) entre les différents sites de son réseau fixe. Un développement qui doit faciliter, à terme, l’arrivée de connexions haut débit jusque dans les campagnes, sans qu’il ne s’agisse d’une hérésie économique pour autant du côté de l’entreprise.

Si le projet est avalisé, quelque 23.000 foyers devraient pouvoir surfer sur le net plus confortablement endéans les deux ans, nous dit-on. Un chiffre confirmé par Proximus. Une étude de faisabilité a d’ailleurs été lancée afin de déterminer quelle forme devra prendre le déploiement à venir si le cadre légal venait à être adapté – l’opérateur évoque dans ce cas la mise en place prochaine de "plusieurs centaines" de nouveaux dispositifs devant déboucher sur une connectivité de meilleure qualité en zones reculées.

• Où? Qui? Sont par-là concernées des communes situées principalement en Wallonie (Stoumont, Flobecq, Trooz, Fernelmont, Doische, Eupen, Saint-Vith) et en Flandre. Bref, les 16 zones à problème (numérique) au total que compte encore la Belgique.

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content