La 5G prend encore du retard en Belgique...

Philippe De Backer (Open Vld), ministre en charge des Télécoms sans cacher sa déception: "Il incombera à la prochaine équipe gouvernementale de tout faire pour aboutir." ©Photo News

Le comité de concertation ne parvient toujours pas à dégager d'accord sur les licences 5G.

Le comité de concertation, qui réunit les entités fédérale et fédérées du Royaume, n'est une nouvelle fois pas parvenu à dégager d'accord sur l'octroi des licences 5G en Belgique, a indiqué ce mercredi matin le ministre en charge des Télécoms Philippe De Backer (Open Vld), sans cacher sa déception. "Il incombera à la prochaine équipe gouvernementale de tout faire pour aboutir", a-t-il commenté.

A quoi sert la 5G?

Offrant un débit plus rapide, la technologie 5G permet surtout de réduire le délai de connexion entre les appareils.

→ Faites le test ici

Le point avait déjà été abordé en comité de concertation le mois dernier sans que les différentes parties ne parviennent à s'entendre sur la répartition des recettes. Le blocage s'est répété ce matin. Pourquoi? La clé de répartition 80/20 utilisée lors de la dernière procédure d'octroi ne convient en effet plus aux entités fédérées, qui demandent une part plus importante du gâteau.

Afin de pouvoir lancer la procédure d'octroi de ces licences à la fin de cette année ou au début de l'année prochaine, le gouvernement fédéral devait s'entendre avec les Régions, compétentes pour le secteur des médias. Faute d'accord, il faudra attendre les élections et la formation des prochains gouvernements.

Selon la Commission européenne, chaque Etat membre devra proposer une couverture 5G dans au moins une ville d'ici 2020. Et en 2025, l'ensemble des zones urbaines devront en être équipées.

L'absence d'accord en comité de concertation est "regrettable" et "nous fait perdre du temps pour le déploiement de la 5G", a insisté De Backer.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect