Publicité
Publicité

Les opérateurs mobiles anticipent un boom de l'usage d'Internet

D’ici trois ans, vidéos et applications téléchargées leur rapporteront plus que les appels téléphoniques, prédisent-ils.

Menée auprès de 391 acteurs de la téléphonie mobile de 55 pays, la dernière enquête de l'Economist Intelligence Unit confirme qu'un virage important est en train de s'opérer dans la téléphonie mobile, virage qui pourrait modifier jusqu'à l'infrastructure et la philosophie du net.

Pour la première fois, les acteurs estiment majoritairement (37%) que d'ici 2013, les applications (journaux, réseaux sociaux, jeux, etc) constitueront leur première source de revenus, devant les appels téléphoniques et le téléchargement de vidéos. Cette prévision ne concerne néanmoins que les pays développés.

Une refonte nécessaire

Mais cette forte progression des revenus ne se fera pas sans une refonte profonde du système de tarification de l'usage d'internet. Il s'agira notamment de compenser la forte hausse des coûts liés à l'extension des réseaux, afin d'absorber l'augmentation du volume d'utilisateurs de web mobile.

60% des sondés estiment qu'une modification des tarifs sera nécessaire. Faire payer davantage les fournisseurs de contenus , ou mettre en place des forfaits plus chers pour les consommateurs semblent des perspectives inévitables à moyen terme.

Au Royaume-Uni, les quatre principaux opérateurs ont mis fin cet été au tarif unique de l'accès à internet sur iPhone, tout comme AT&T aux Etats-Unis.

Selon Natasha Good, co-directrice de la firme juridique Freshfields, qui a commandé l'enquête,"les opérateurs de téléphonie mobile remodèlent leur stratégie pour alléger leurs dépenses, tout en proposant de nouvelles offres. Ils doivent faire face à un double défi : maximiser les revenus provenant des services actuels pour protéger leurs marges, et densifier leurs réseaux. La tarification liée à l'usage de données est une solution logique. Cela va diminuer les problèmes de capacité grâce à un plafonnement de la demande, diminuer les dépenses, et potentiellement accroître le chiffre d'affaires."

Le modèle app store

L'autre objectif est, pour 80% des acteurs, d'ouvrir leurs plates-formes à des développeurs indépendants, afin d'accroître la variété des applications, voire, pour 45% d'entre eux créer leur propre "App store", à l'image de ce qui existe sur l'iPhone et l'iPad.

Il s'agit de ne pas laisser toute la part du gâteau aux grands rivaux Apple, Nokia ou RIM, d'une part. Aux fournisseurs de contenus les plus puissants, comme Google, d'autre part. Un service comme YouTube génère une très forte consommation de données... sans rien rapporter aux opérateurs.

"Il y a quelque chose de totalement anormal et contraire à la logique économique à laisser Google utiliser nos réseaux sans en payer le prix", a dernièrement indiqué Stéphane Richard, le directeur exécutif de France Telecom.

La perspective d'un accord entre Google et Verizon, peut-être le prélude à d'autres, pourrait avoir une conséquence dévastatrice : la fin de la neutralité du net.

Natasha Good confirme que "les opérateurs vont chercher à joindre leurs forces avec des fournisseurs de contenus et des développeurs".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés