breaking-news

Rassemblement à Bruxelles pour dire non à la 5G

©BELGA

Quelques dizaines d'activistes opposés à la 5G ont tenu des stands, samedi après-midi, sur l'esplanade devant la gare centrale à Bruxelles.

Les activistes cherchaient ainsi à sensibiliser les passants aux impacts du déploiement du réseau de télécommunications 5G qu'ils estiment négatifs. Selon eux, cette technologie est un danger pour la santé et pour l'environnement. La manifestation était organisée par le Collectif stop5G.be, qui se dit contre la destruction de la nature et le gaspillage des ressources, et pour la protection de la santé et la préservation du climat.

Le lancement de la 5e génération de téléphonie mobile, qui devrait permettre d'avoir un débit Internet plus rapide, est "inutile et nuisible", selon le Collectif stop5G.be. Le groupe a organisé, samedi après-midi, au Carrefour de l'Europe, devant la gare centrale à Bruxelles, un rassemblement pour débattre du déploiement de cette 5G.

"Le projet 5G va complètement changer notre société. On va parler de voitures autonomes, de robinets connectés 5G, de frigos connectés 5G… Tout ça est censé amener un certain confort à la population mais ça va en réalité amener des problèmes bien plus importans, notamment une violation de la vie privée. Il pourrait bien y avoir des abus à partir de cet Internet des objets", a déclaré à Belga Manuel Baré, administrateur du groupe Facebook "Stop 5G Belgique", présent à ce rassemblement.

"En plus de cela, il y a d'énormes préoccupations autour de la santé puisqu'il y a des milliers d'études qui prouvent que les ondes électromagnétiques sont nocives. C'est connu depuis des dizaines d'années. Et on risque aussi d'arriver à une saturation de l'atmosphère à ce niveau-là", a-t-il ajouté.

Mobilisation citoyenne

Cette action intervient 10 jours après que trois associations anti-5G bien connues (le GRAPPE, Fin du Nucléaire et l’AREHS), rejointes par cinq personnes physiques, dont plusieurs personnes se définissant comme électrosensibles, ont déposé un recours à la Cour des marchés afin de contester l’octroi des licences 5G provisoires au profit des cinq entreprises (les opérateurs Orange, Telenet, Proximus et les entreprises Cegeka et Entropia).

"[La 5G] va amener un certain confort à la population mais ça va en réalité amener des problèmes bien plus importans, notamment une violation de la vie privée."
Manuel Baré
Stop 5G Belgique

Ces anti-5G espèrent que l'examen de leur plainte se fera dans les trois mois. Pour rappel, le régulateur a décidé de mettre à disposition une partie de la bande de fréquences 3600-3800 MHz. L’allocation temporaire de cette bande a pour but de permettre aux différents opérateurs d’avancer dans le déploiement de la technologie, en attendant la mise aux enchères officielle.

Relire notre article (16/9/20)

La 5G est ainsi devenue en quelques mois un véritable débat de société. Pétitions, antennes brûlées, fake news, rien n'est épargné à ce qui devrait devenir la norme en matière de télécommunication. Des vitesses de connexion décuplées au prix de notre santé? C’est l’argument phare des anti-5G.

Pour mieux comprendre les enjeux en présence, relisez notre dossier complet!

5G, l'onde de choc (8/5/20)

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés