Telecom Italia sanctionné pour un trafic de puces de téléphone

©BLOOMBERG NEWS

Le groupe italien de télécommunications Telecom Italia a écopé d'une amende de plus d'un million d'euros pour un trafic de puces de téléphones portables effectué par des revendeurs dans le nord de l'Italie, a annoncé jeudi la police financière dans un communiqué.

Le groupe italien de télécommunications Telecom Italia a payé fin mai une amende de 1,14 million d'euros, a indiqué la police financière de Vicence (nord-est). Treize revendeurs ont été de leur côté condamnés à des amendes d'un montant total de 3,4 millions.

Au total, trente personnes, revendeurs ou salariés de Telecom Italia, sont sous le coup de cette enquête pour faux et fraude informatique. Les faits remontent à 2006 et 2007.

L'enquête a mis au jour un "véritable marché parallèle de cartes SIM" attribuées à des personnes inexistantes, décédées ou à des gens ignorant que leur nom avait été utilisé.

Ces puces ont "même été utilisées par des groupes criminels pour éviter les écoutes", souligne la police qui a découvert l'existence de ce marché parallèle dans le cadre d'enquêtes sur des trafiquants de stupéfiants.

Des centaines, voire des milliers de puces étaient émises au nom d'une même personne et pouvaient ensuite être vendues, notamment à des immigrés clandestins, sans que les personnes aient besoin de donner leur identité.

Le nombre de puces concernées par l'enquête s'élève à 37.000.

Selon la police, la politique commerciale de Telecom Italia, qui permettait aux revendeurs activant un nombre élevé de puces de toucher des primes, et le manque de contrôle interne ont favorisé ce trafic.

La police a tenu à souligner que la nouvelle direction du groupe en place depuis fin 2007 avait pris des mesures pour mettre fin à ces pratiques.

Telecom Italia s'est félicité que les autorités reconnaissent "le changement de direction drastique" effectué par le groupe qui a permis de "réduire considérablement le phénomène".

Dans le cadre de cette affaire, le parquet de Milan a par ailleurs ouvert une enquête pour tenter de déterminer si l'activation de ces fausses cartes SIM, qui a fait augmenter artificiellement le nombre de clients du groupe, constituait une manipulation de marché.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés