AB InBev: les syndicats exigent le retrait du chômage temporaire

Les syndicats d'AB InBev exigent que la direction retire l'introduction du chômage temporaire. La direction a pris cette mesure mercredi, les activités de production d'AB InBev étant totalement à l'arrêt, en raison des blocages. La direction a décidé d'un lock out, une fermeture temporaire, des trois sites, mais les syndicats ont défait les chaînes qui gardaient les portes des usines closes. Les personnes désirant travailler ont ainsi pu accéder à l'usine. Les autres continuent d'assurer les blocages.

"Ils ne peuvent invoquer le chômage temporaire, l'Onem ne le reconnaissant pas. L'employeur doit honorer le contrat de travail et verser les rémunérations. Si la direction ne répond pas à notre demande, nous ne nous rendrons pas vendredi à la nouvelle réunion de conciliation à laquelle nous avons été conviés", explique le secrétaire syndical Luc Gysemberg (CSC). Une réunion de conciliation était normalement prévue mercredi, mais en raison des nouveaux éléments, elle a été postposée à vendredi. Les syndicats louvanistes ont eu une discussion avec la direction, mais attendent toujours une réponse à leur demande.

La direction d'AB InBev a confirmé mercredi dans un communiqué de presse qu'elle allait faire appel au chômage temporaire. (LEE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés