Décision au 1er trimestre 2008 pour les 5 "crèches" menacées à Bruxelles

Cinq maisons d'enfants pour demandeuses d'emploi à Bruxelles qui se disent menacées par manque de subsides européens ne seront fixées sur leur sort qu'après la décision des experts du Fonds social européen (FSE) au premier trimestre 2008, mais la Communauté française dispose d'autres moyens de suivi, a-t-on indiqué mercredi au cabinet de la ministre de la Petite enfance Catherine Fonck (cdH).

Les asbl "La maison en plus", "Les 1001 pantoufles", "Les Quatre saisons", "L'Aquarelle" et "Les Amis d'Aladin", qui gardent les enfants en bas âge pendant que leurs parents recherchent un travail, risquent de fermer faute de subsides européens, indiquait mercredi La Capitale.

La Fédération bruxelloise des organismes d'insertion socioprofessionnelle (Febisp) confirme la menace, expliquant que l'enveloppe du FSE dont dispose la ministre Catherine Fonck a diminué et qu'il a fallu faire des choix dans la redistribution de ces subsides.

Mais les experts du FSE ne se prononceront que dans le courant du premier trimestre 2008 sur ce dossier, répond-on au cabinet Fonck, où l'on confirme que l'enveloppe est moins importante qu'auparavant.

Quoi qu'il en soit, la Communauté française dispose "d'autres moyens de suivi" et "l'on planche là-dessus", assure-t-on au cabinet de la ministre.

Quant au ministre bruxellois de l'Emploi, Benoît Cerexhe (cdH), il n'exclut pas d'apporter sa pierre à l'édifice, indiquait-il dans La Capitale. "Vu la qualité de ces projets, il serait vraiment dommageable qu'ils soient obligés de s'arrêter", fait-il remarquer.

Certaines de ces maisons d'enfants ont cependant déjà pris les devants en donnant des préavis à leurs employées. (CLA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés