Grève de 24h jeudi à l'entreprise Schréder à Fernelmont

Les ouvriers de l'entreprise Schréder observeront jeudi à partir de 7h une grève de 24 heures pour protester contre le plan de restructuration. "La direction ment sur les chiffres", réagit Pino Castronovo, délégué FGTB. L'entreprise a annoncé mercredi sa volonté de licencier 21 personnes sur 55 dans son site de Fernelmont, près de Namur.

Le directeur général, Patrick Geerts, justifie le licenciement par le coût salarial trop élevé des ouvriers. Selon lui, ils travaillent chez Schréder environ 33 heures par semaine alors que la moyenne est de 38 heures par semaine dans le secteur.

"C'est un mensonge. Pour arriver à ces 33 heures, la direction prend en compte nos jours de congés et les décompte de nos heures de travail", explique Pino Castronovo. "Nous sommes en fait à un régime de 35 heures par semaine".

Le directeur général explique aussi ces licenciements par des difficultés financières. Le chiffre d'affaires est en baisse, et en 2009, la société a enregistré un déficit de 700.000 euros. "Cela s'explique facilement", réagit le délégué. "Nous avons déménagé, ce qui a coûté 2,5 millions en fonds propres à l'entreprise. Sans cela, nous n'étions pas déficitaires".

Pour le syndicaliste, la stratégie de la direction est de réengager plus tard, à de plus petits salaires. "Contrairement à ce qu'ils disent, il y aura du travail à l'avenir. En 2011, notamment, les communes vont dépenser plus en travaux car nous serons à un an des élections communales. Schréder, active dans l'éclairage public, en profitera." (COR 728)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés