Grève des balayeurs de Bruxelles Propreté: la direction réfute refuser le dialogue

La direction de Bruxelles-Propreté a réfuté jeudi les accusations de refus de dialogue formulées par le syndicat CSC dans le cadre d'un conflit affectant son dépôt de Berchem-Sainte-Agathe où une vingtaine d'ouvriers ont arrêté le travail depuis lundi.

Qualifiant ce mouvement de "grève sauvage", la direction précise que les critiques de la seule CSC ne portent pas sur les conditions de travail sur les voiries mais plutôt sur la salubrité d'un bâtiment "qui est utilisé sans source de désagréments par quelques 150 travailleurs".

Selon la direction de Bruxelles-Propreté, les points soulevés par le syndicat chrétien ont déjà fait l'objet d'une discussion lors d'une réunion du comité de prévention le 3 juin et un courrier actant l'état de la situation et des décisions déjà prises ou à prendre a été transmis à l'organisation syndicale.

"En clair, les différents griefs ont soit déjà été résolus, ou à défaut, ont fait l'objet d'un calendrier d'interventions", fait valoir la direction.

Ce mouvement de grogne a entraîné quelques perturbations dans le nettoyage de certaines communes -quartier européen, Ixelles, Ganshoren et Jette-, mais la direction assure que nettoyage des voiries concernées a été assuré, par rotation, par les autres équipes non grévistes de ce secteur. (EDR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés