Journée de la femme: les entreprises ne font pas assez pour réduire l'écart homme-femme

Le World Economic Forum (WEF) tire la sonnette d'alarme: les entreprises font beaucoup trop peu pour favoriser l'égalité entre hommes et femmes. Il le conclut de son premier Corporate Gender Gap Report, écrit De Standaard lundi. L'étude a été menée auprès de 600 entreprises issues de 16 secteurs dans vingt pays, dont la Belgique.

L'étude montre que moins de 5% des 600 entreprises interrogées sont dirigées par un CEO féminin. La Finlande constitue notamment une exception positive (13%). En Belgique, aucune des entreprises sondées n'était dirigée par une femme.

Les entreprises américaines comptaient en moyenne le plus gros pourcentage de travailleuses (52%), tandis que les entreprises indiennes en comptaient le moins (23%). Les sociétés belges, avec en moyenne 39% de femmes dans leurs rangs, se classent en huitième position.

Mais ces femmes travaillent surtout aux échelons hiérarchiques les plus bas. La Norvège fait figure à cet égard d'exception. Toutes les entreprises interrogées y ont au moins 40% de dirigeants féminins, parce qu'elles y sont légalement obligées.

Bien que l'écart salarial entre hommes et femmes soit un problème bien connu, 72% des entreprises interrogées semblent n'y accorder aucune attention, et encore moins le corriger.

L'étude a également demandé aux responsables du personnel leur avis sur les causes des inégalités persistantes entre hommes et femmes au sein de l'entreprise. Les raisons les plus invoquées sont "les normes générales et les habitudes culturelles", la "culture d'entreprise masculine et patriarcale" et le manque de modèles. (VKB)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés