La BCE laisse son taux directeur à 1,5%, attendue sur la crise de la dette

La Banque centrale européenne (BCE) a sans surprise laissé jeudi son taux directeur inchangé à 1,50%, a annoncé l'un de ses porte-parole.

Cette pause dans le resserrement de sa politique monétaire était prévue par les marchés et les économistes, qui attendent avec davantage d'impatience les déclarations sur la crise de la dette de son président, Jean-Claude Trichet, lors de la conférence de presse qui doit débuter à 14h30.

Alors que les tensions s'accentuent sur l'Italie et l'Espagne, les investisseurs sont à l'affût de toute indication de la BCE sur une éventuelle reprise du programme d'achats d'obligations publiques sur le marché secondaire, là où s'échangent les titres déjà émis, à l'arrêt depuis 18 semaines.

Elle doit prendre "des mesures plus sérieuses pour repousser les spéculateurs, via un achat de bons et d'actions de manière concertée avec d'autres banques centrales (...) ou envoyer un message pour dire que cela ne peut pas continuer", estime Angel de Molina Rodriguez, analyste chez Tressis.

Nuria Alvarez, analyste pour la maison de courtage espagnole Renta 4, juge, lui, que "la BCE devrait être en train d'acheter de la dette (des pays en difficulté)". Or "elle n'achète rien depuis mars, c'est incompréhensible".

Mais il est loin d'être sûr que M. Trichet entre sur ce terrain.

"Il n'est pas évident (...) qu'il fasse des annonces fracassantes. La réaction des marchés pourrait être négative à ce discours", a estimé Christian Parisot, économiste pour le courtier Aurel. (CHN)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés