Les patrons du Bel20 ont serré leur ceinture de 10 pc l'an dernier

Les deux tiers des grands patrons du Bel20 ont vu leur salaire diminuer en 2012 par rapport à l'année précédente. Un patron d'une grande entreprise belge cotée a empoché en moyenne 1,96 million d'euros l'an passé, soit 10 pc de salaire en moins qu'en 2011, principalement à cause des bonus, révèlent samedi les journaux L'Echo et De Tijd.

Ces chiffres se basent sur les rapports annuels publiés par 17 des 20 entreprises du Bel20. La rémunération moyenne des patrons est ainsi passée de 2,2 millions en 2011 à 1,96 en 2012.

Cette baisse est essentiellement la conséquence d'une cure d'amaigrissement des bonus, expliquent les quotidiens. Parmi ces patrons, seuls quatre ont touché l'an dernier une part variable de salaire plus élevée qu'en 2011: Carlos Brito (AB Inbev), Didier Bellens (Belgacom), Duco Sickinghe (Telenet) et Bart De Smet (Ageas).

Certains patron n'ont par contre touché aucun bonus en 2012, comme Bert De Grave (Bekaert), Jean-Edouaard Carbonnelle (Cofinimmo) ou encore Albert Frère (GBL).

C'est le patron d'AB Inbev, Carlos Brito, qui a gagné le plus l'an dernier avec 3,92 millions d'euros (+57,4 pc).

Si l'on compare avec les autres pays, les grands patrons belges ne figurent pas parmi les gros salaires. Le salaire moyen des patrons allemands des entreprises cotées s'élevait l'an passé à 5,3 millions d'euros. (THD)

Publicité
Publicité

Echo Connect