Les tarifs des trains ne peuvent augmenter que si la qualité du service suit

Les tarifs de la SNCB ne peuvent augmenter que si la qualité du service augmente, ce qui n'est pas le cas actuellement, a réagi jeudi Test-Achats (TA) à la suite d'articles annonçant une hausse des tarifs de 2% en février 2011.

TA estime que les attentes des voyageurs et navetteurs, en matière de ponctualité, d'information et de service minimum en cas de grève, doivent d'abord être prises en compte.

"Dans cette optique, Test-Achats exige un contrat de gestion plus contraignant (seuil minimum de ponctualité de 95% avec des sanctions à la clé), des indicateurs de qualité plus transparents et reflétant plus fidèlement l'expérience des usagers, des statistiques fiables contrôlées par un organisme indépendant et, enfin, une attention plus grande à l'égard des petites et moyennes gares défavorisées par la politique de grands travaux dans les grandes gares", rappelle TA.

Pour qu'il y ait augmentation des tarifs, l'association de défense des consommateurs estime qu'il faut une augmentation de la qualité du service.

De son côté, la ministre des Entreprises publiques Inge Vervotte a précisé qu'elle refusait les augmentations proposées par la SNCB et que les augmentations ne pourraient atteindre qu'1%. (ROJ)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés