Nouveau recul du pétrole après des indicateurs décevants

Les prix du pétrole ont nettement reculé mardi à New York, pénalisés par une série d'indicateurs économiques décevants en Europe et en Chine, de mauvais augure pour la demande d'énergie.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet a terminé à 72,58 dollars, en baisse de 1,39 dollar par rapport à vendredi.

Les cours avaient rebondi la semaine dernière, passant de moins de 70 dollars à environ 75 dollars. Mais après un week-end prolongé par un lundi férié aux Etats-Unis, les inquiétudes reprenaient le dessus.

Dans la zone euro, le taux de chômage a légèrement augmenté en avril, à 10,1% contre 10% le mois précédent, ce qui constitue un nouveau record, et l'indice PMI manufacturier a baissé, reflétant un ralentissement de la croissance dans le secteur.

La Banque centrale européenne (BCE) a en outre estimé que les banques de la région risquaient de devoir inscrire dans leurs comptes 195 milliards d'euros de dépréciations supplémentaires d'ici à la fin 2011.

Dans la foulée, l'euro est tombé à son plus bas niveau en plus de quatre ans, près de 1,21 dollar.

Autre source d'inquiétude, la Chine, où deux indices des directeurs d'achat ont reculé, reflétant un ralentissement de l'activité manufacturière lié aux mesures destinées à empêcher une surchauffe de l'économie.

Le marché pétrolier est très sensible à tout indice d'un ralentissement de l'activité dans le pays, qui constitue depuis plusieurs années le moteur de la consommation mondiale d'or noir.

(GFR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés