Près d'un chômeur sur six en Flandre ne maîtrise pas correctement le néerlandais

Près d'un chômeur sur six en Flandre (15,8%) ne maîtrise pas correctement le néerlandais, apprend-t-on mercredi dans une étude du VDAB (pendant flamand du Forem/Actiris). Ce type de chômeur augmente en raison de la hausse des migrations internationales.

La Flandre comptait 182.510 chômeurs à la mi-2011. Un total de 28.762 personnes ne maîtrisaient pas suffisamment le néerlandais et au sein de ce groupe, un quart n'a aucune connaissance de la langue de Vondel.

Dans une grande majorité, les chômeurs présentant un déficit de néerlandais sont des allochtones (70%). Le VDAB explique cette réalité par les migrations internationales: la plupart de ces chômeurs ont une langue maternelle étrangère qui est principalement originaire du Maroc ou de Turquie.

Près de 15% des chômeurs ne maîtrisant pas le néerlandais sont des francophones.

Le déficit de maîtrise du néerlandais se concentre dans la périphérie bruxelloise (48,6%), dans les communes à facilités (20%) et dans le centre des villes (20%).

Le VDAB a remarqué par ailleurs, aussi bien chez les autochtones que chez les allochtones ne parlant pas bien le néerlandais, que la langue maternelle des chômeurs était le français.

"Leur provenance de la région bilingue de Bruxelles ou de Wallonie, les éventuelles facilités dans leur commune et la pratique du français dans les commerces réduisent la pression d'apprendre le néerlandais", lit-on dans le rapport.

(MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés