SFPI: Modrikamen dénonce une "expédition punitive" contre les petits actionnaires

Le cabinet d'avocats Modrikamen a indiqué, jeudi, "prendre acte" de la volonté affichée par la SFPI "et du ministre des Finances qui en a la tutelle", de récupérer les frais d'huissier engagés suite au retrait par des actionnaires de Fortis de leur élection de domicile auprès de leurs avocats, soit quelque 250.000 euros. Dans un communiqué, le cabinet souligne que cette annonce intervient le jour même de la publication des résultats de BNP-Paribas, "qui indiquent que le groupe bancaire a doublé ses bénéfices grâce à la reprise de Fortis Banque".

Celui-ci juge encore "choquant qu'après avoir bradé Fortis au détriment du contribuable belge et des actionnaires, la SFPI et le ministre des Finances partent ainsi en expédition punitive contre les actionnaires qui se sont victorieusement opposés à cette erreur majeure, et ont à tout le moins permis d'améliorer le deal initial", conclut le communiqué.

Le Tijd et l'Echo rapportaient jeudi que la SFPI (Société fédérale de participations et d'investissement) allait demander à Mischaël Modrikamen, l'avocat qui représentait 2.200 actionnaires de Fortis, le remboursement des frais (soit 250.000 euros) qu'elle a déboursés dans le cadre des suites du célèbre arrêt Fortis. (BEM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés