SNCB: "déception" et "inquiétude" des syndicats

Les syndicats de la SNCB se sont dits "déçus" et "inquiets", mardi soir, à l'issue d'une réunion du conseil d'administration de la société de chemins de fer qui a finalement avalisé la suppression de 193 trains.

"Chaque fois qu'un train disparaît, c'est une réelle déception même si le conseil d'administration a visiblement la volonté de proposer des alternatives", a réagi Dominique Dalne, secrétaire national de la CSC Transcom.

Regrets identiques du côté du syndicat socialiste où l'on estime qu'un train supprimé, "c'est déjà un train de trop, d'autant que davantage d'économies auraient pu être réalisées en frais de consultance, notamment", a pointé Michel Abdissi, secrétaire régional de la CGSP-Cheminots.

Mardi matin, les syndicats craignaient encore la disparition de 302 trains en heures creuses. "Ce nombre a été revu à la baisse et la casse a été limitée", a poursuivi Dominique Dalne en s'inquiétant toutefois des conséquences de cette mesure sur l'emploi.

"On évoque aujourd'hui le non-remplacement d'un cheminot sur 3 et par ailleurs, moins de trains, c'est aussi moins d'accompagnateurs. Selon nos estimations, 1.200 emplois seraient menacés", a pour sa part déclaré Michel Abdissi.

(THA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés