Touring: syndicats et direction seront fixés le 23 février

Un nouveau conseil d'entreprise extraordinaire s'est tenu mercredi chez Touring, dans le cadre de la phase d'information de la procédure de la Loi Renault. Direction et syndicats ont décidé de se revoir le 23 février. A cette date, soit le personnel acceptera de négocier soit il entamera des actions, ont prévenu les syndicats.

La direction a annoncé le 13 octobre sa volonté de suspendre ses activités de remorquage en gestion propre, ainsi que la gestion du garage et du magasin de pièces détachées, en raison de coûts internes trop élevés. Soixante-quatre emplois sont menacés.

Mercredi, les syndicats ont reformulé de nouvelles contre-propositions auprès de la direction. Celle-ci a confirmé son intention de fermer trois de ses services.

Les syndicats entendent maintenir en activité les trois services visés par le plan de restructuration. Ils ont défendu mercredi leur plan de relance. "Nous avons proposé des aménagements horaires ou de changer le parc de véhicules. Les services concernés sont rentables. Les services privés paraissent moins chers mais il est difficile de comparer les coûts car, en interne, les factures sont gonflées par des coûts externes aux services visés. Puis, il faut aussi tenir compte de la qualité des services", a déclaré, à l'issue du conseil d'entreprise, Jean-Paul Sellekaerts (FGTB).

La direction affirme, elle, être disposée à procéder à des mutations du personnel en interne, notamment de camionneurs vers le service de dépannage, amené à se développer. Cette piste alternative n'est pas privilégiée par les syndicats, qui ne l'écartent pas pour autant.

(LEE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés