Tribunal commerce Bruxelles: Brink's enjointe de rendre clés et codes

Le tribunal de commerce de Bruxelles a rendu une seconde ordonnance vendredi concernant la suspension de l'accord de vente de Global Services Business de Brink's Belgium à BDJS (Brink's Diamond Jewelry Services). Ce dernier a donc été sommé de rendre les clés et les codes des entrepôts sécurisés qu'utilisait Global Services Business sous peine d'une astreinte de 25.000 euros, non plus par infraction, mais par heure désormais.

Des huissiers étaient donc à nouveau sur place, à l'aéroport de Zaventem, vendredi soir, afin de faire exécuter la nouvelle ordonnance du tribunal.

"BDJS avait déjà changé les codes et les clés des endroits sécurisés", a commenté Alain Zenner, administrateur provisoire de Brink's Belgium.

"Nous assurons le décollage et l'atterrissage sécurisé de la marchandise", a-t-il poursuivi. "Il n'y a pour le moment aucun problème pratique à ce niveau-là".

Brink's aurait apparemment souhaité que les administrateurs provisoires de Brink's Belgium signent une convention certifiant qu'ils donnaient leur accord pour que BDJS assure le transport des diamants et autres objets de valeur à la place du département Global Services de Brink's Belgium. Geste refusé par les administrateurs provisoires.

Pour rappel, selon eux, la vente du département Global Services à BDJS avait été sous-estimée et constituait donc un abus de biens sociaux.

Le transporteur de fonds Brink's Belgium avait annoncé des mesures d'économie sévères, ce qui avait provoqué une grève chez les travailleurs mi-octobre. La direction avait ensuite fait aveu de faillite le 12 novembre.

Le tribunal avait déclaré cet aveu irrecevable et avait désigné Alain Zenner et Gérard Delvaux comme administrateurs provisoires. (COR 954)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés