Un bon milliard pour sauver les banques

Le sauvetage des banques devrait coûter, en intérêt et manque à gagner pour le fisc, plus d'un milliard d'euros à l'Etat, indique vendredi un quotidien francophone.

La crise financière a en effet non seulement éradiqué les dividendes, sur lesquels les actionnaires particuliers versent un précompte de 15 à 25 pc, mais elle a également réduit à néant les bénéfices des banques, et donc l'impôt sur ceux-ci.

En 2007, ING avait ainsi versé, sur son bénéfice, 85,3 millions d'euros d'impôts, KBC Banque SA 199 millions d'euros, Fortis Banque 69,7 millions et Dexia Banque 57,3 millions, soit plus de 400 millions d'euros de recettes fiscales qui risquent désormais de disparaître.

Quant aux dividendes, ils ne seront pas payés par les banques, au moins en 2009. Les particuliers belges détenaient avant la crise 14 pc du capital de KBC, 15 pc de Fortis et 6 pc de Dexia. L'absence de versement de dividendes signifie 136,4 millions d'euros de recettes en moins pour l'Etat.

Par ailleurs, les injections consenties par le gouvernement (9,7 milliards dans Fortis Banque, 3,5 milliards dans KBC, 3 milliards dans Fortis Holding, 1 milliard dans Dexia) vont faire passer l'endettement de la Belgique de 83,9 pc du PIB fin 2007 à 87,8 pc fin de cette année, ce qui se traduira par des charges d'intérêt supplémentaire d'un demi-milliard d'euros. (NLE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés