60 participants à la manifestation de soutien aux prisonniers "No Border"

Une soixantaine de manifestants ont pris part dimanche, à la prison de Saint-Gilles, à une manifestation de soutien pour les quatre participants du "No Border Camp" qui sont toujours emprisonnés.

Les quatre -un Belge, un Suisse, un Italien et un Espagnol- ont été interpellés et arrêtés car ils sont soupçonnés d'avoir vandalisé le commissariat de police des Marolles à Bruxelles, le 1er octobre.

Jeudi, la chambre du conseil de Bruxelles avait décidé que trois d'entre eux pouvaient quitter la prison, mais le parquet a fait appel de cette décision. Les quatre activistes doivent à présent comparaître dans les quatorze jours devant la chambre des mises.

Selon les manifestants, rassemblés dimanche devant les portes de la prison, la détention des quatre activistes est un élément de la "répression extrêmement grave" que les participants au "No Border Camp" ont dû subir. "Plus de 500 activistes ont été arrêtés et plusieurs dizaines ont été blessés", ont ajouté les manifestants. "Les méthodes de la police, avec leurs arrestations massives prétendument préventives représentent un nouveau pas vers un système sérieusement répressif contre les mouvements qui osent remettre en l'Etat", ont-ils conclu.

Les manifestants exigent la libération des quatre prisonniers, qui, d'après eux, n'ont rien à voir du tout avec les incidents dans les Marolles. (VDH)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés