Publicité
Publicité

Aéroports: Antoine favorable à une taxation européenne pour protéger les riverains

Le ministre wallon en charge des aéroports, André Antoine, a plaidé mardi en faveur d'une taxation du transport aérien afin de financer des mesures en faveur des riverains des aéroports.

Le 8 juillet 2008, dans une communication, la Commission européenne a évoqué l'élaboration d'une stratégie de "mise en oeuvre de l'internalisation des coûts externes". Elle voulait en fait rappeler que l'utilisateur du transport aérien génère des coûts et des nuisances - tels que les problèmes de santé liés au bruit ou à la pollution ou les émissions de gaz à effet de serre - qu'il ne prend pas directement en charge mais qui ont un coût pour l'ensemble de la société.

"Je suis particulièrement favorable à ce principe. J'estime cependant que les fruits d'une telle taxation devraient pouvoir être affectés au bénéfice exclusif des riverains qui subissent de manière directe les conséquences néfastes de ce mode de transport", a souligné M. Antoine lors d'un colloque à La Hulpe.

Selon le ministre, pour éviter toute discrimination entre les Etats membres, cette taxation doit toutefois être appliquée au niveau européen.

M. Antoine a également rappelé sa demande d'une interdiction des vols de courte distance, les "sauts de puce" interdits en Wallonie depuis trois ans.

L'interdiction n'a jamais été étendue aux autres Régions et au niveau fédéral, en raison d'un avis défavorable de la Flandre soucieuse de protéger les intérêts de ses compagnies d'affaires. Aux yeux de M. Antoine, une telle interdiction prendra tout son sens au niveau européen. (LEE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés