Publicité

Alain Destexhe souhaite que le président du MR soit porté par les militants

Le MR a décidé d'organiser des élections présidentielles. Sauf scrutin fédéral anticipé d'ici la fin de l'hiver, le MR sera dirigé par un nouveau président le 13 février. Une série de parlementaires ont estimé que Charles Michel avait le profil idéal pour succéder à Didier Reynders. Le député bruxellois Alain Destexhe ne veut pas d'un "processus réglé à la sauvette par les élites du MR".

Mardi, l'ex-sénateur a organisé une conférence de presse. Sans jamais citer Charles Michel que d'aucuns verraient bien succéder à Didier Reynders, Alain Destexhe observe que des "déclarations récentes" laissent à penser qu'un consensus se fait jour autour d'une candidature portée par certains parlementaires. Or, estime M. Destexhe, "chercher la cooptation ne rend service ni au candidat ni au MR, en pleine refondation".

Le député demande un "scrutin démocratique irréprochable", un processus "bottom-up", plutôt que "top-down", qui offre un "rôle central" au militant. Il plaide pour que la Commission électorale du MR adopte un système combinant "vote par courrier" et "internet" et organise un "débat" entre candidats dans chaque fédération. Il souhaite également que le parti envoie à chaque membre un programme des candidats.

Alain Destexhe assure que sa prise de position n'est pas orientée contre Charles Michel. "Ce n'est pas dirigé contre qui que ce soit. J'en ai discuté très ouvertement avec lui". Mardi, M. Destexhe ne s'est pas déclaré candidat à la présidence. Mais, "je ne l'exclus pas", a-t-il précisé. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés