Appel Bruxelles: une autre perquisition douteuse dans le dossier KB Lux

Me Raf Verstraeten, avocat de Rémi Vermeiren, l'ancien directeur de la KB, est revenu, jeudi, sur une perquisition qui avait permis de retrouver 4.000 documents relatifs aux comptes de clients de la KB. Une perquisition montée de toutes pièces, selon l'avocat.

D'autres avocats de la défense avaient pointé une perquisition "organisée".

Il semble que les pièces qui avaient été trouvées au cours de cette opération avaient été volées par d'anciens employés de la banque et placées ensuite dans un endroit dans lequel une perquisition allait être menée.

Me Raf Verstraeten a avancé que la même opération s'était produite le 10 mars 1995. Il s'agissait pour les enquêteurs de l'ancienne police judiciaire de mettre la main sur des documents volés par un ancien employé de la KB, Erik Goven.

Les enquêteurs seraient entrés en contact avec des proches de cet ancien employé, lesquels les auraient aidés à entrer en possession des documents par une fausse perquisition.

L'avocat a démontré que les déclarations de témoins de la perquisition et leurs procès verbaux se contredisaient en plusieurs points. Des éléments qui attestent, selon Me Verstraeten, du caractère "truqué" de cette perquisition.

Par ailleurs, l'avocat a pointé, comme ses confrères, la complicité du juge Leys dans cette opération puisqu'il avait accepté que l'un des proches d'Erik Goven soit entendu sous couvert de l'anonymat.

"Le but était d'extérioriser le plus possible les personnes qui avaient participé au faux scénario", a commenté Me Verstraeten. (ROJ)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés