Publicité

ArcelorMittal: les travailleurs liégeois interpellent l'exécutif wallon

Une cinquantaine de travailleurs d'ArcelorMittal se sont rassemblés jeudi devant l'Elysette à Namur. Ils ont interpellé le gouvernement wallon face à l'arrêt temporaire de la ligne à chaud liégeoise. Ils attendent de lui qu'il use des moyens qui sont les siens pour obtenir une redémarrage complet de l'activité sidérurgique du groupe à Liège dès que la reprise économique se fera sentir.

Les travailleurs, réunis en front commun CSC-FGTB, ont notamment rappelé au gouvernement wallon que la Région demeurait actionnaire du groupe sidérurgique à concurrence d'1,4 pc. "En tant qu'actionnaire minoritaire, la Région wallonne a été courtisée par Mittal lors de son OPA sur Arcelor. Elle a maintenant un rôle à jouer. Elle ne peut se permettre de rester au balcon", a souligné le secrétaire CSC Jordan Atanasov.

En attendant la reprise de l'activité, la CNE, centrale employés du syndicat chrétien, demande également à la Région wallonne de faire un effort comparable à celui de la Région flamande qui accorde depuis quelques années un complément aux travailleurs en crédit-temps.

Le ministre-président, Rudy Demotte, a reçu vers 11h30 une délégation du front commun syndical en compagnie du ministre de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, et du vice-président cdH du gouvernement, André Antoine. (DAD)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés