Arrêt de travail pour le personnel de la police technique et scientifique

Une partie du personnel de la police technique et scientifique (PTS) a organisé jeudi matin un arrêt de travail de quelques heures sur base du préavis de grève que le syndicat policier Sypol a déposé le 7 juin dernier.

Cet arrêt de travail est inédit dans l'histoire de la police technique et scientifique.

Il se produit à la suite d'une série de récriminations adressées au ministre de l'Intérieur restées sans réponse valable depuis plusieurs mois, selon le Sypol.

Le syndicat policier dénonce un manque récurrent de personnel qui menace la réalisation des tâches généralement attribuées à la police technique et scientifique. Par la force des choses, certaines de celles-ci, comme les interventions sur les lieux de cambriolages ou dans les voitures volées, ont tendance à être abandonnées, a affirmé jeudi, lors d'une conférence de presse à Charleroi, Eddy Lebon, secrétaire général du Sypol.

Selon Eddy Lebon, le cadre n'est rempli que théoriquement. Certains consultants non policiers sont en outre engagés sous un sous-statut dévalorisé qui les amène régulièrement à rediriger leur carrière vers des fonctions de policier de base ou vers le secteur privé. Le Sypol demande des engagements rapides pour soulager le personnel en place.

De nouvelles actions pourraient être déclenchées dans les prochaines semaines. La préavis déposé couvre en effet une période s'étalant jusqu'au mois de septembre.

(ROJ)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés