Publicité
Publicité

Asile: "on m'a mis des bâtons dans les roues"

Le secrétaire d'Etat à l'Intégration sociale, Philippe Courard (PS), estime, dans un entretien accordé samedi à La Libre Belgique, qu'on lui a mis des bâtons dans les roues dans le dossier des demandeurs d'asile et ce, également du côté francophone.

"A certaines reprises oui, on m'a mis des bâtons dans les roues", déclare-t-il à La Libre. Et ce, également du côté francophone. "Globalement oui, on peut le dire. Regardez qui gère la Régie des Bâtiments (Didier Reynders, NDLR). Elle pourrait elle aussi mettre des espaces à disposition. Objectivement, c'est plus difficile de trouver des solutions avec des gens qui n'ont pas la même vision", poursuit-il.

Philippe Courard pointe également du doigt les partis flamands. "Les chiffres de retour n'étaient pas nécessairement meilleurs dans le passé, quand le département était géré par des ministres flamands. On vient avec cela maintenant parce que ce sont des francophones qui gèrent cette politique. L'échec est global", souligne le secrétaire d'Etat.

Comme Elio Di Rupo, Philippe Courard plaide pour plus de fermeté. "On a besoin de plus de fermeté maintenant parce qu'on a un flux qu'il est quasi impossible de maîtriser. Mais quand on est dans une situation normale, la procédure belge est une des meilleures au monde", déclare-t-il.

Philippe Courard défend par ailleurs sa politique. "Depuis que je suis arrivé au département, j'ai créé 4.000 places nouvelles. On en est aujourd'hui à 20.000. Mais ce n'était pas assez", estime-t-il. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés