Publicité

Assises Bruxelles: "Je ne lui avais pas dit qu'Anaïs n'était pas sa fille"

Céline Mamadou a raconté, devant la cour d'assises de Bruxelles, lundi soir, qu'elle avait peut-être, au cours d'une dispute, dit à Junior Pashi qu'Anaïs n'était pas de lui. "Mais jamais dans une discussion sérieuse sur la question", a-t-elle dit, "et à aucun moment durant le week-end des faits". Junior Pashi est accusé d'avoir tué Anaïs ainsi que la grand-mère de Céline Mamadou et encore d'avoir tenté de tuer cette dernière, le 20 septembre 2009.

Céline Mamadou, partie civile au procès, a désiré être entendue comme témoin. Elle a certifié que lorsque Junior était arrivé à l'appartement de ses grands-parents le samedi 19 septembre 2009, il n'y avait eu aucune dispute entre Junior et elle.

"C'était prévu depuis 3 semaines que, ce soir-là, je sortirais avec mes amies. Junior était d'accord de garder Anaïs", a raconté Céline Mamadou.

La sécurité était renforcée autour de la témoin au cours de son audition étant donné le risque d'un nouveau passage à l'acte de Junior Pashi. Ce dernier aurait effectivement confié à son co-détenu qu'il avait le projet de s'évader pour "achever le travail", parlant de tuer Céline Mamadou.

Mardi, la cour entendra les autres membres de la famille des victimes qui sont aussi partie civile au procès. (COR 954)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés