Assises du Hainaut: Les relevés téléphoniques soulèvent des questions sur le timing

Les enquêteurs sont revenus, au procès des quatre membres de la famille Sheikh, jugés par la cour d'assises du Hainaut pour assassinat avec circonstance aggravante de crime d'honneur et tentative de mariage forcé, sur la ligne du temps et la vérification des timings pour la journée du 22 octobre 2007, date à laquelle Sadia a été abattue par son frère Mudusar à Lodelinsart (Charleroi).

La téléphonie permet d'établir que le crime s'est déroulé dans un laps de temps maximum de deux à trois minutes, alors que Mudusar et Sariya, la jeune soeur de Sadia, affirment que les faits ont pris vingt à trente minutes.

Interrogés par le président, Olivier Delmarche, sur cette différence de timing, les accusés ont indiqué que c'était la perception qu'ils en avaient eue. "Deux à trois minutes c'est trop court, beaucoup trop court", a indiqué Sariya.

Une seconde vérification révèle qu'un coup de fil a été passé du poste fixe du domicile parental vers le Pakistan quelques minutes avant les faits, alors que seul le père, Tariq, possédait le code d'accès vers l'international. Mais les déclarations de la famille Sheikh restent constantes: les parents étaient chez leur fille aînée Fozia à ce moment-là.

Un dernier coup de fil, également du poste fixe, mais cette fois vers Fozia, a été émis alors même que Mudusar avait pris la fuite et que Sariya avait trouvé refuge chez des voisins. Le mystère reste entier, à ce stade, sur les personnes qui ont passé ces coups de fil.

(PVO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés